L'histoire sans fin

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Jeff Ollon le 07.02.10 0:00

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau

_________________
Jeff Ollon se goinfre de Meuporg! Et toi à quoi tu joues?

avatar
Jeff Ollon
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Manipulation de l'élément Air
Âge: 29 ans
Emploi: Livreur/téléprospecteur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Aëlys Lowell le 07.02.10 0:14

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité
avatar
Aëlys Lowell
Inquisition / Cerber


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Matérialisation d'images
Âge: 21 ans
Emploi: Espionne pour l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Haeg Ponak le 07.02.10 0:17

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait de

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 29.04.10 18:14

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes.
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Febay Karston le 03.05.10 22:06

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 03.05.10 22:50

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Haeg Ponak le 07.05.10 19:32

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin.

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 07.05.10 19:54

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes...
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Amosis Mathias Opilion le 12.05.10 18:43

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est,

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 17.05.10 22:17

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire...
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Alek Murphy le 17.05.10 23:24

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules.

_________________



~~~~ Convoc-Nature des quatres élèments ~~~~
~~~~ Chef des Ellipsis ~~~~
~~~~ Admin ~~~~
avatar
Alek Murphy
Admin - Chef des Ellipsis


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Convoc-Nature des 4 éléments.
Âge: 34 ans
Emploi: Directeur du Mid'Night et du Socute.

Voir le profil de l'utilisateur http://tyral.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 18.05.10 22:17

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges...
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Alexander Löbner le 20.05.10 21:31

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carbonisée par un golem de poudre d'escampette à plume rousse.
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 20.05.10 21:41

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre.
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Alexander Löbner le 21.05.10 13:23

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne.
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 21.05.10 13:32

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire.
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Haeg Ponak le 21.05.10 13:33

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 21.05.10 13:34

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

Mais revenons en au sujet qui nous occupais jusque là.
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Haeg Ponak le 21.05.10 13:35

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

Mais revenons en au sujet qui nous occupais jusque là, et qui est, si je me souviens bien,

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Catalina Opilion le 21.05.10 13:36

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

Mais revenons en au sujet qui nous occupais jusque là, et qui est, si je me souviens bien, et sans erreur de ma part,
avatar
Catalina Opilion
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: /
Âge: 27 ans
Emploi: Propriétaire d'un musée d'archéologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Haeg Ponak le 21.05.10 13:38

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

Mais revenons en au sujet qui nous occupais jusque là, et qui est, si je me souviens bien, et sans erreur de ma part, je pense, malgré ma mémoire défaillante, que c'est

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Enaëlle Ashdown le 07.06.10 2:17

La nuit était tombée sur Tyral. Et cet homme allait en profiter pour faire un tour dans le centre de Meslan. Il avait besoin d'un petit quelque chose, qui ressemblait fort à un livre, ou peut-être un dossier...Ses yeux noirs parcourus de sang semblaient vérifier et estimer chaque pas qu'il faisait, il ne fallait pas qu'il se fasse attraper. Jamais il ne se serais douter qu'il allait un jours devenir ce qu'il était ce jour la. Un monstre. Oui, c'est ça, un
monstre.Enfin, il était arriver et il parcouru les étages de livres des yeux jusqu'à ce qu'il le trouve enfin. La clé de l'immortalité était à lui ! Ils allait la prendre pour pouvoir l'étudier chez lui quant les vitres éclatèrent et des hommes en noir l'entourèrent. Il se jeta derrière une table qu'il renversa et sortit de sa veste un bouquet de fleurs ! Avec un regard profondément troublé, il jeta le bouquet sur le sol et sortit de son autre poche un stylo bic sous les rires des hommes en noir. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, un pot de nutella explosif. Il le lança et tout les hommes en noirs furent englués dans de la pâte à tartiner fondu de première qualité.Il chercha une sortie, mais la seule qui était a sa disposition, était une faille temporelle, nichée dans le pot de nutella. Ca n'allait pas êc tre une mince à faire ... Il commença par mettre un de ses doigts a l'intérieur, puis son bras, puis tout son corps, a l'exception de la tête qui était prise dans un filet de pêche lancé par un singe de laboratoire.Il entrepris de se méprendre, mais le singe était trop fort. Il lança alors au singe un banane sortie de l'on ne sait où et la lança par la fenêtre. Il ignorais que ce singe était en fait son clone et qu'il ne mangeait pas de bananes! Il passa dans la faille spatiaux-temporelle et atterri à l'époque des dinosaure, a nan.... c'est le salon d'une certaine Sue. Il soupira en voyant le bordel qui y régnait, il décida de tout bruler sur le champs, heureusement personne n'était dans le salon, mis-à-part un perroquet qui se mit à hurler : " Au secours face de singe, me laisse pas crever sinon j'me fais exploser !" En effet, la bête était un kamikaze embauché par alien violet à deux têtes. Celui-ci provenait de la planète VXT1294, couramment appelée "Tropd'pressionpourmoiseul" et qui était réputée pour avoir qu'un habitant ! Convaincu, l'homme vint ouvrir la cage de l'oiseau. Ce dernier s'empressa de s'envoler par la fenêtre pour rejoindre son maitre... Il se retrouva donc seul, au milieux des flammes, et se mit à pleurer : le perroquet lui manquait. Il sortit alors en courant de la maison juste avant qu'elle ne s'écroule et s'affala dans l'herbe pour s'y rouler copieusement en pleurant et criant qu'il voulait voir sa maman. Le pauvre rechutait dans une longue et grave dépression. Il avait terriblement envie de sucer quelques chose, il lorgnât son pouce sans le voir vraiment. Il se mit à le sucer à distance, de peur de mordre dedans : il avait parfois de drôles de pulsions ! C'est aussi pour ça qu'il se mit a éternuer quant-il vit des rennes rose a pois bleu entrain de dormir. Il sortit une tronçonneuse de sa poche et trancha les cornes des pauvres animaux qui se éveillèrent et le chargèrent. C'est alors qu'il se réveilla dans un lit... qui n'étais pas le sien! (pire) Il avait rêvé. La poignée de la porte tourna alors que quelqu'un entra ! C'était... l'horrible dame qui vivait proche de chez jean-guy patates frites!! Elle était énorme, un bon mètre cube, et elle portait une ceinture d'où pendait de nombreux cornets de frites ainsi que, ô malheur, des pots méga-archi-superbement XXXXXL de nutella. Il se jeta sur la dame soudain attirer par sa beauté mais se fit attaquer par César, le chien à six têtes qui était amoureux de la vielle dame. Il shoota alors dans le chien, fit son affaire avec la vieille et se tira sans attendre son reste. Il sortit de son appartement, mais, dans les escaliers, il perdit son équilibre et tomba dans le vide, si bas qu'il en perdit ses lacets. D'un geste plus que rapide, il se mangea les marches sur toute sa longueur. Son objectif était tracé: récupérer ces lacets perdu de la vielle , pour avoir son admiration éternelle. Malheureusement, il semblait que le chien était une chienne en chaleur. Celle-ci se jeta sur l'homme pour ...Bah! pas besoin d'expliquer vous savez tous pourquoi! Et l'homme remarqua qu'en fait, se n'était ni une chienne ni un chien, mais bien un homme déguise!! Le pauvre en pris plein le...cul...(y'avais rien d'autre a mettre non?) il se sauva, avec l'homme chien a ses trousses. Il avait peur, il ne savait plus quoi faire, il se sentait sali. Mais dans un instant de courage et de colère il se retourna et se mit à courir derrière une voiture . Le mec a l'intérieur le prenait bien sur pour un fou avec sa langue qui pendait le long de son visage et avec sa tête déformée par la peur qui lui donnait l'air d'un zombie. Le conducteur pila alors et le chien-homme passa par dessus la voiture, la percutant de plein fouet ... Créant du coup une marre de sang verdâtre et noir (eh waii en fait c'était un alien)... Le chauffeur redémarra sans remords et traça sa route -si on peut dire-, l'alien avait mal au c*l et était pas content, il défonça un potto qui se trouvait là et recourut après la voiture, la rattrapant sans peine Il défonça le toit de la voiture en arracha le conducteur de son siège. Il lui fit des choses indescriptibles comme....bah si elle sont indescriptible, je ne peux pas vous les décrire, mais a la fin, il ne restait plus grand choses de la voiture....Et ou était le conducteur? Le conducteur, et bien, il était... il était... comment dirais-je, comme transporté, téléporté, re-matérialisé dans une ancienne cave jamaïquaine clandestine. Il put y découvrir l'ampleur de la montagne de cocaïne qui l'entourait et qui risquait de détruire le monde!!! TAM TAM TAM (bruit merdique de film merdiques ^^) Et pour cela il y avait une bombe cachée sous les tonnes de coke que l'homme devait découvrir mais pour cela il devait Tout sniffer parce s'il ne le faisait pas la bombe allait s'amorcer et détruire le monde!!!!!!!!!!!!! Exactement ! Alors il sauta dans la coke et commença à respirer à pleins poumons. Bientôt il...Ne savait même plus ou il était. C'était bien sur ça le piège! Soudain quelqu'un entra...AAAARRRGG C'était Bob Marley qui revenait du bistro pour fumer un pet mais quand il tomba sur cet homme il se joignit à lui et l'aida à se rouler des pet de malade à la "rastafaraï yeh man" (confère mozinor)... Ils furent vite complètement rabatte et se mirent à se toucher sensuellement. Mais l'extra terrestre chien-femelle était de retour!!! ils durent donc l'invité à se joindre à leur petite fête improvisé et l'extra terrestre montra ses talents en plongeons et en patinage artistiques. Il sauta sur Bob Marley et lui fourra deux doigts dans le derrière xD Et finit par se faire frapper par bob! Bob était vraiment pas content, il voulut se venger, il choppa le type, le retourna et lui fit exploser un gros pétard dans le boule. Ca lui apprendra... à ce sadomasochiste finit... C'est là qu'il s'écria: "On a que ce qu'on mérite" Proverbe qui fut par la suite souvent utilisé par sa mère la sorcière du village gaulois qui survivait toujours aux attaques des terroristes écossais qui cachait sous leur kilt des bombes. En fait, les kamikazes écossés étaient les plus connus dans toute l'Écosse, et même dans la Papouasie, ou les papous dansaient la calieta avec des criminels déguisées en danseuse vaïnée... C'est dans les cas comme sa qu'on peu avoir honte des papous... Heureusement que les criminels vaïnés étaient bien habillés. Pendant ce temps, à quelques milliards de centimètres de là, dans la cave jamaïquaine, Bob se battait toujours avec l'homme qui s'était fait éjecter de sa voiture pas une-homme-femme-chien-extra-terrestre super fort. Le combat tournait en faveur de bob lorsque tout a coup les effets secondaires des bédot l'atteignit négativement, il ne se redit pas tout de suite compte qu'il avait des oreilles plus grandes de des cornets à Churros.... Bob y trouva directement son utilité, et entassa des roulets géants dans son oreille, par soucis de se les faire rentrer dans le crane. Cela provoqua chez lui un sentiment de nullité absolue qui le poussait au suicide. Il se ravisa, en se disant qu'il pourrait toujours les fumer sur place, comme à son habitude. Pauvre bob. Il allait bientôt déménage très loin sans sa montagne de coke (cacaiineeeee). En fait il allait sur l'île de St Hélène pour rejoindre son vieil ami napoléon ou sur l'ile de Pâque, il ne savait pas encore. Alors pour le savoir il consulta un site internet du nom de ViaMichelin, un site d'itinéraire super utile quand on sait pas ou on veut aller, mais Bob était défoncé alors ça ne la pas gêné. Soudain il fut prit d'un soudaine envie de déménager sur l'ile de Robinson ou il pourrais se faire passer pour Jeudi, ou alors mardi ou samedi, ou dimanche etc. Le problème, c'était qu'il aimait bien les jours de la semaine mais pas Robinson. En effet celui-ci avait tenté de tuer mercredi et vendredi a coup de hache. En effet, il avait manqué son coup parce qu'il était vraiment qu'un gros boulet perdu sur une île déserte comme un blaireau. En plus, il a trompé Tarzan avec Bob l'éponge car les lapins mangent des carottes, puisqu'il apprécie énormément de sentir une éponge contre son corps. Pour toutes ces raisons infâmes, Bob décida finalement de se suicider en mangeant un plat de pâtes préparées par sa mère, qui était toujours sorcière dans un village gaulois. La pauvre avait d'ailleurs perdu son livre de recette néerlandaise qui contenait la fameuse lettre d'amour de Harchibald à Système. Celle-ci parlait principale de divorce et d'avortation, mais c'était plus une méthodologie appliquée biconceptuelle de supputation a neo-cadrage polypeptidique prévalent post allégoriques, bien que les thermes scientifique si dessus ne veulent absolument rien dire. C'était bien sur un subt...subterfuge car en fait, les termes scientifique veulent dire quelque chose... Ceci dit Bob n'en avait rien à branler, son but étant de tuer la grand mère du petit chaperon rouge pour en faire une tarte. Ou plutôt une tourte car la mémé est une grosse quiche en mouvement alors qu'elle était encore vivante. Il mit donc un déguisement de loup et fit du jonglage à quatre boules pour une œuvre caritative et s'amusa à lancé des rapporteur sur des nains australien unijambiste. Ceux-ci se révoltèrent avec fureur, s'achetèrent des jambes de bois et des sulfateuses et coururent vers le jongleur pour lui enfoncer ces magnifiques jambes laquées là où ils pensaient. Poussés par leur obstination de nains bourrus, ils passèrent à l'acte, sans scrupule, et le pauvre jongleur prit cher. Ils laissèrent son corps giser sur le sol, le c*l fourré. C'est alors que l'histoire prit un autre tournant, le héros du début d'histoire réapparut sous l'atlantique dans une cité engloutie célèbre...
Mais celui-ci avait été tué et était désormais plus qu'un être fait d'algues et de coquillage, et donc, il avait une tête de merde. En plus, il avait été dévoré par les bernards-l'ermite et il ne restait plus grand chose de lui, le pauvre. Mais toutefois il était vénéré sans relâche par un groupe d'oursons marins habillés en tenue de camouflage. Ceux-ci avaient pour coutume ancestrale de boire un concentré de menthe au paprika avant toute autoflagellation collective qui représentaient pour eux un moment de partage ô combien attendu par chacun ! Ce n'est que lors de ces joyeusetés que les oursons marins décidèrent d'envahir le monde avec leur tout nouveau carré magique de 100 000 cases par 100 000 qui avait la particularité d'être magique (hé bha oui) et de renfermer en son sein la clef qui permettrait d'ouvrir la porte vers la forêt des Elfes. Mais heureusement pour eux, à ce moment là le Destin jouait aux cartes avec un ver de terre, et évidemment, celui ci allait perdre, parce que c'est là son Destin. Pourtant, et contre toutes attentes, à l'aube du 6ème jour, ils se tournèrent vers l'est, et le ver, profitant d'un instant d'inattention de la part de son adversaire décida de lui mordre les meules. Par malheur c'est à cet instant précis qu'une météorite bleu à pois rouges se faisait carboniser par un golem de poudre d'escampette à plume rousse. Et cela tua net le malheureux ver de terre qui n'avait rien demandé à personne. Bref, rien de bien extraordinaire, quoi qu'événements un peu surprenant tout de même.

Mais revenons en au sujet qui nous occupais jusque là, et qui est, si je me souviens bien, et sans erreur de ma part, je pense, malgré ma mémoire défaillante, que c'est l'arrivée du héros du début de l'histoire dans l'Atlantide.
avatar
Enaëlle Ashdown
Inquisition / Cerber


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Paratge de la pensée avec sa soeur jumelle. Catégorie des mange-songes. Peut ressentir ses émotions et lui parler par ce biais.
Âge: 25
Emploi: Educateur Sportif

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire sans fin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum