Le boulot du "contact". [Terminé]

Aller en bas

Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Virus VI le 15.10.08 18:46

" Alors... Une carte graphique Gigabyte Radeon HD 4870 X2 2Go GDDR5, un boîtier RAID, 5 disques Stardom SR 6600, SR6600-5S-WBS1, un microprocesseur quadricoeur Intel Core 2 Extreme QX6850, 12 GHz, 8Mo de cache... Un accessoire de refroidissement RESERATORXTBL - ZALMAN, une carte Son RME Hammerfall DSP Digiface + PCMCIA Cardbus, une carte mere P5Q3 Deluxe Wi fi Ap@n, 16 barettes de mémoires vive CORSAIR DDR3 PC3-12800 - 16 x 1 Go (16 Go) 1600 MHz... "

" Combien ? Pour le tout ? "

" Le tout ?... Hum... Vous en aurez pour seulement 4.000 $. Une véritable affaire, croyez moi ! On trouve pas de la marchandise d'aussi bonne qualité dans tout le reste de Tyral ! Ça vient tout droit d'Amérique ! "

" J'achète. C'est bon, même si c'est la plus grosse arnaque que j'ai jamais vue. Du matos de merde. Complètement dépassé par la technollogie tyralienne. C'est peut-être ce qui se fait de mieux en Amérique, mais on voit que t'es pas du coin. Les articles les plus pourris d'Aeranpolis dépassent largement en qualité tout ce merdier, et pour moins cher. Mais vous avez de la chance, j'en ai besoin, et c'est urgent. Tenez, j'vous paye ça en liquide et on en parle plus. Et après ça, allez vous renseigner un peu dans la ville et exportez pluôt les articles de Tyral vers l'Amérique, vous gagnerez plus d'argent, j'vous l'garantis. "


L'autre le regardait avec des gros yeux. Rares étaient les personnes à lui acheter son matériel, et maintenant, il comprenait pourquoi, mais cet homme qui était devant lui venir de vider tout son stock. Quoi qu'en dise ce rat de laboratoire, son commerce avait payé.

Virus quitta la place agitée du marché noir pour retourner chez son collègue. [Désolé, pas de description du marché aujourd'hui, pourtant y'aurait à dire... mais pas le sujet là.] Il entra dans l'immeuble, fraichement retapé. Tout respirait le neuf, le propre. Il entra dans l'ascenseur, appuya sur le bouton indiquant le 4ème étage. Arrivé sur le palier, il tourna sur sa gauche et frappa à la porte. Trois fois. Puis il attendit deux minutes. Et il sonna, une fois.


" Ouuuai ? "

Braya rauquement un homme par le coin de la porte, à moitié entrouverte, retenue par le loquet.

" Drôle d'accueil pour un ami de longue date. "

Silence.

" ... J'te connais pas bouffon. "

Silence. Virus leva un sourcil.

" J't'amène un cadeau Jack, dit-il en montrant le sac qu'il tenait à la main, alors maintenant ouvre moi et va dessoûler ailleurs. "

" ... Ok. "


La porte se referma, puis s'ouvrit. En grand, cette fois. Virus entra et ignora totalement son hôte. Il fila dans un coin de l'appartement, ouvrit un placard, puis un double fond. Son hôte l'avait déjà oublié et roupillait dans le salon, à ce que pouvait entendre Virus : La télé s'était rallumée.

* Ha. Il n'a pas changé de place. *

Il y avait là un vieux PC. Virus avait tout juste besoin de l'écran, et de quelques composants internes qui lui manquait. Il le démonta complètement, puis le remonta avec les nouvelles pièces qu'il avait acheté. Il l'alluma rapidement, connecta un disque dur externe qu'il avait avec lui, et transféra des informations : Son système d'exploitation personnel et tous les programmes important dont il avait besoin. Aucune donnée personnelle, rien qui puisse faire repérer sa trace. Il débrancha ensuite le disque et le rangea dans sa poche, puis redémarra le pc et boota sur sa partition de disque. Cela représentait 4.5 To de données, presque pleine.

Il lança tout les programmes dont il avait besoin et se pleignit légèrement de la lenteur du système. Il n'y avait là que "16Go de mémoire vive bordel ! Comment voulez vous que ça avance ? !", d'après ses propos, murmurés à voix basse.

Trente secondes plus tard, la totalité était chargé. Il brancha le pc à un vieux modem qui trainait là. Il obtint rapidement la connexion et pu enfin commencer la tâche pour laquelle il avait été embauché.

Quelques minutes plus tard, il envoyait par e-mail toutes les cartes, tours de gardes, informations essentiels sur une bonne centaines d'employés, ainsi que divers codes d'accès et son numéro de portable, pour la suite des évènements, à son employeur. Il ne savait pas qui c'était, ni pour qui il bossait, mais il s'en moquait éperdument, fut-ce-t-il Défenseur ou Ellipsis : Il payait bien.
avatar
Virus VI
Tyralien [Contact Inquisiteurs]


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Nada
Âge: 34 balais et des poussières.
Emploi: Programmeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 11.11.08 10:29

"Loby... On a du nouveau..."

Des informations affluaient rapidement, saturant déjà presque le débit de l'ordinateur.

"Je te laisse regarder ça, c'est pas dans mes compétences..."


Amosis s'éloigna de l'appareil, pour aller se diriger vers une table où reposait un fusil à pompe dernier cri. Il saisit l'arme, la fit tourner autour de ses bras, jonglant presque, puis la fit tournoyer en l'air avant de la rattraper au niveau du chargeur. D'un geste vif de haut en bas, il chargea son arme.

"Ça c'est dans mes compétences..."


Il entraperçu Alexander, puis se regarda, puis regarda de nouveau son collaborateur. C'est à ce moment qu'il se rendit compte d'un détail.

"On devait pas faire un sabotage ? Parce que j'ai l'impression d'organiser un débarquement..."

Il posa son arme sur la table, soudain déçu. Il partit en direction d'un placard près de l'entrée, l'ouvrit, et en sortit un étui à guitare. Il l'ouvrit, constata que son instrument était bien là, puis la referma. Il retourna l'étui, tapa vivement sur le dessus, une plaque se détacha, et il put voir que le sabre était encore dans le faux fond. Il remboita la plaque avec précision.

Il prit un pistolet, et le démonta entièrement. Il camoufla beaucoup de partie un peu partout sur lui, dans son attaché-case et autre, cachant ce qui faisait inévitablement penser à une arme, et ne dévoilant que le reste.

"Ça devrait suffir..."

Il saisit une liasse de billet, et la fourra dans la guitare, avant de mettre l'étui debout, en appuie contre le mur.

Il se tourna vers Alexander, qui s'amusait déjà avec son engin.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Alexander Löbner le 11.11.08 16:08

Alexander regarda l’écran. Il visionna les tas de données qui passaient, le regard avide. Il appuya sur trois touches. Tout s’arrêta. La lumière vacilla puis s’éteignit. L’écran de l’ordinateur fonctionnait aussi par intermittence. Tous les systèmes de rendu graphique avaient cédé. On entendait les fusibles du compteur péter les uns après les autres.

Alexander prit sa kalachnikov sur la table à côté du pc et se retourna, tout en positionnant du même coup son arme sur son épaule. Sa silhouette sombre se détachait à contre jour sur la fenêtre derrière lui. Il était entouré d’un pâle halo de lumière.

Tout se ralluma d’un seul coup. Trois spots holographiques fonctionnèrent à plein régime. Des dizaines de lampes et de néon éclairèrent la salle. Et là, juste devant Alexander, sur un plateau holographique tournant, s’étendait en teintes de bleu le plan du quartier « Cible X ».

Alexander regarda de loin le quartier. Des noms s’affichaient partout, fléchant des éléments du plan, des noms d’immeubles, de rue. L’ancien Inquisiteur repéra rapidement l’Immeuble ∆’. Du bout de sa kalachnikov, il toucha l’immeuble, qui se mit à briller en rouge et à grossir peu à peu, comme si la caméra entrait en mode zoom. Enfin, il n’y eu plus que le modèle réduit du bâtiment, tournant lentement sur lui-même, luisant et transparent, au beau milieu de la pièce.

L’ordinateur bossait à plein régime pour télécharger et interpréter et retranscrire toutes les informations qu’il recevait. Au bout d’une vingtaine de seconde plus tard, et avoir plongé trois autres pièces du QG Défenseur sur lesquelles il pompait toute son électricité, le système pu afficher l’intérieur de l’immeuble en transparence, avec toutes les personnes qui s’y baladaient, en direct, et en 3D.


« Pas mal pour du matos défenseur… Vous avez piqué ça aux inquisiteurs je suppose ? Comme quoi ils font pas que de la merde hein ? Mais bon, sans centrale électrique adéquate… »

Alexander ricana. Amosis s’approcha, il venait de finir de se préparer.

« Voilà. C’est là qu’on va. Le bâtiment ∆’. Le seul endroit où ils stockent la base de données des Ellipsis… Et vollipsis. Une mine d’or. Mais ça doit être l’endroit le plus difficile à atteindre de Tyral, excepté les salles ultra-protégées de l’immeuble Inquisiteur, bien entendu. »

Alexander regarda s’afficher les informations peu à peu.

« On a plus beaucoup de temps. Le QG Défenseur va bientôt manquer d’éléctricité. Voilà donc ce qu’on va faire.
• Phase 1 : On profite du feu d’artifice de la plage Est d’Alfag pour s’approcher en douce de l’Immeuble ∆’. Il y aura beaucoup trop de monde pour qu’ils puissent surveiller les entrées et sorties de la zone comme d’habitude.

Au fur et à mesure qu’il parlait, il appuyait sur différents endroits de la carte pour faire défiler les objectifs.
• Phase 2 : On s’éclipse juste après avoir franchit le barrage et payé nos places pour aller en direction de l’immeuble par la rue des potiers.
• Phase 3 : On entre dans l’immeuble voisin, beaucoup plus grand. On monte sur le toit. On neutralise les sentinelles sur le toit du ∆’. On saute 20 mètres plus bas avec les cordes que j’ai amenées.
• Phase 4 : Les Ellipsis auront déjà remarqué qu’il y a un problème. On rentre donc dans le conduit d’aération. Sans laisser de traces.
• Phase 5 : On sort dans les couloirs, et on s’arrange pour atteindre notre cible, entrer, et ressortir. Vivants. Comment ? J’en sais rien. On improvisera. Des questions ?
»
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 11.11.08 16:57

Les défenseurs avaient effectivement faits des progrès, et ils avaient réussit à se doter d'appareils inquisiteurs très développés. Mais comme le faisait remarquer Alexander, il manquait une centrale électrique.

L'ancien inquisiteur avança le projet, développant les étapes avec trop peu de détails. Les phases se basaient sur une réussite de la précédente, sans que cette réussite ne soit orchestrée.

Il demanda tout de même, surement pour la forme, s'il avait des questions, et Amosis répondit:


"Euh... ouais... T'es sur que tu veux prendre ta kalachnikov ?"


L'improvisation... Événement très aléatoire, très imprévisible. Et pourtant, tout deux avait accepté de laisser leur destin entre les mains de l'improvisation. Comme par habitude.

Pour ce genre d'intervention, le plan seul d'Alexander était plus que suffisant. En improvisation, seul la connaissance du but est suffisante. Là, armés des grandes étapes, ils allaient réussir, sans doute possible.


"Bon bah je prend des fumigènes hein... Pis vérifie si les cordes sont pas des élastiques, pis qu'elles font bien 20 mètres aussi..."


Amosis avait accepté de laisser sa vie aux soins de l'aléatoire, mais certainement pas à ceux d'Alexander. Il se voyait mal sautait d'un toit avec une trop grande corde.

***


Après les dernières préparations closes, ils purent partir. Amosis ne chercha pas une seconde à relever la tenue vestimentaire, ou plutôt l'accoutrement, de son allié. Il était persuadé qu'il ne passerait pas le feu d'artifice ainsi, et qu'il serait libéré de ce boulet. On dira plutôt fardeau, par soucis de politesse.

Ils appelèrent plusieurs taxis pour rejoindre la plage d'Alfag. Aucun ne s'arrêta. Amosis se décida à prendre sa voiture et ils purent enfin, après plusieurs minutes de trajet, rejoindre leur destination.

Le feu d'artifice avait déjà commencé. Il était resplendissant, pour des yeux humains, mais le regard tyralien le trouvait tout à fait dans les normes. La technologie y avait aussi trouvé son terrain de jeu.


[Voilà pour l'édit, c'est à partir des astérisques, mais bon tu doit déjà t'en être rendu compte xD, car je le met à la fin mdrr...
Bon j'espère que tu le trouve assez sérieux, car j'ai du partir encore en live, chui désolé...]

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Alexander Löbner le 13.11.08 21:16

« Maman ! Regarde le monsieur ! Il est habillé bizarrement le monsieur !
- Ne t’en fais pas ma chérie, regarde plutôt le feu d’artifice.
- Oui mais il me gène !
- Hum, excusez-moi... Excusez-moi ? ! Monsieur ? Vous pouvez vous pousser un peu s’il vous plaît ? »

Là, devant le feu d’artifice, se détachait la silhouette sombre d’un farouche Cow-Boy. Son chapeau rabaissé sur l’avant laissait à peine entrevoir ses sourcils froissés et ses yeux plissés dans un regard menaçant, à la lueur des nombreuses étoiles scintillantes, brillante qui explosaient par millions dans le ciel de la plus grande mégalopole mondiale, ne laissant qu’aux misérables spectateurs une impression effrayante de petitesse devant ce spectacle de géants. Sa barbe mal rasée endurcissait son visage déjà effrayant, alors qu’un léger coup de vent soulevait au passage légèrement son blouson de cuir brun, laissant entrapercevoir une ceinture où se pavanaient nonchalamment deux colts revolver, d’époque, magnifiquement décorés et mis en valeur par des holster brodés avec soin. Il rabattit d’un geste vif les pans de son blouson et sourit à la jeune femme.
« Bien sûr madame ! »
Alexander saisit son chapeau pour lui faire un léger salut puis s’écarta. Ils étaient enfin arrivés au feu d’artifice. Il s’approcha de la barrière qui permettait d’entrer sur la plage. C’était 10$ la place. Cela ne posait à priori pas de problème, mais lorsqu’Alexander découvrit son arme pour payer la taxe… Cela posa plus de problèmes. Nettement.
Alexander sentit immédiatement la tension et la crainte s’installer dans les yeux du garde, et il parla donc aussitôt :

« Hey ! T’en fais pas man ! C’est du toc ! »
Sur ces paroles convaincantes, l’homme sembla rassuré, et les deux compères purent passer. Il fallait dire que vu l’accoutrement qu’avait revêtu Alexander, nul n’aurait pu croire plus de quelques secondes que toutes son apparence était bidon. Y comprit ses armes. Mais cet opinion changerait bien assez tôt… Ça y est. Ils y étaient. La mission commençait, et elle allait être au moins aussi spectaculaire que le feu d’artifice.
** Qu’elle est bête cette connasse… **
Alexander ne fut pas surpris d’entendre une voix dans sa tête. C’était le moyen privilégié des communications au sein de l’immeuble de l’Inquisition, ce qui lui avait permis d’apprendre à dévier la puissance mentale des manges songes les plus faibles pour qu’ils ne connaissent pas ses pensées. Mais cela lui tait très difficile dès lors que le mange songe avait plus de six mois d’entraînement. Ce qui le surprit, ce fut les paroles du mange-songe en question, car elles ne lui semblaient pas du tout destinées.
Alexander tenta de savoir où était cet homme, et bloqua instantanément sa tête à toute intrusion. Jusque là, il n’avait pas ressentit de picotement indiquant qu’on l’espionnait… Le mange songe n’avait peut-être pas contrôlé son pouvoir.

** Ho… Désolé, j’voulais pas vous déranger ! Je… Contrôle encore mal mon pouvoir. Hum… J’vois qu’tu sais contrôler tes pensées. T’dois être un Ellipsis aussi non ? Comme beaucoup ici j’crois. Ha. Pardon. J’suis près du stand de vente de beignets. **
Alexander se dirigea vers ce stand, ne pouvant ignorer l’homme, à présent, semant Amosis du même coup dans la foule, pour que l’Ellipsis ne puisse le sonder. Il commanda deux beignets. Un homme lui parla alors, juste à sa gauche, accoudé au comptoir, comme lui.
« Salut vieux. C’est moi qui t’as causé. Depuis longtemps dans le service ?
- Assez longtemps. En effet.
- Et tu viens voir c’feu d’artifice pourquoi ? T’as des gosses à sortir un peu toi aussi ?
- Pas tout à fait. Je cherche quelqu’un pour lui montrer un truc génial que j’ai découvert à propos de mon pouvoir cette après-midi ?
- Ha ouai ?? C’est quoi sans dec ?
- Héhé… Ça ferais trop de lumière ici, j’voudrais pas faire peur aux gosses. Viens derrière le stand j’vais t’montrer ça.
- Ok man ! »

Et ils y allèrent. Et il l’étrangla sans un bruit. Et il planqua le cadavre sous un pan de tente. Et il revint devant le stand. Et il récupéra son beignet.
* Bordel… Avec ces conneries j’ai perdu Amosis… *
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 14.11.08 0:43

Amosis commençaient déjà à rouiller. Cela faisait au moins deux jours qu'il n'avait pas tué, chose qui était devenu une obsession. Mais Alexander était de ceux qui trouvaient toujours le moyen de satisfaire ses instincts. Pour dire vrai, il était le seul. Mais au moins, il avait toujours quelque chose à se mettre sous la dent.

Au barrage, Alexander passa in extrémis, et l'étui à guitare d'Amosis fut ouvert, sans grande conséquence. La seule fut la séparation des frères d'armes.

Pour ne pas montrer un quelconque lien entre eux, Alexander avait continué à avancer, laissant Amosis derrière. Et dans la foule, il était difficile de se retrouver.

Ils avaient rendez-vous dans la rue des potiers. Mais seul Alexander savait où elle se trouvait, pour des raisons d'ordre pratique.

Il fallait donc qu'il le retrouve. De ci de là il demanda:


"Personne n'a vu un cow boy par ici ?"

Et les gens ne lui répondaient pas, le regardant avec une étonnante pitié, comme s'il croyait à un handicap désolant.
Malgré cela, Amosis persista, et un homme le fit monter sur un muret et lui désigna un stand de beignet à côté duquel se pavanait un chapeau de cow boy.

Il s'empressa d'aller dans la direction indiqué, mais au passage il rencontra une femme qu'il avait connu, un jour. Les ennuies commençaient déjà.

La femme lui sauta au cou et l'embrassa vigoureusement. Malgré ce privilège, Amosis n'en ressentit aucun plaisir, et bien au contraire, s'il avait pu, il hurlerait.

La femme, une ellipsis, l'avait reconnu et était en train de lui aspiré son énergie vitale, comme s'il n'en aurait pas besoin.

Par chance, un homme les bouscula, rompant le contact. Amosis se dégagea rapidement, courant presque, lançant suffisament fort:


"Désolé, mais ça ne pouvait pas marcher entre nous..."

La femme, bloquait dans son élan, ne chercha pas à le pourchasser. En autre, elle se dispersa et saisit un émetteur. Elle s'apprêtait à prévenir la présence d'Amosis, mais celui ci était dajà derrière elle, et en un coup discret dans la nuque, elle tomba assommée dans ses bras. Il la déposa discrètement sur un banc, et partit rapidement rejoindre son allié.

Lorsqu'il arriva au stand de beignet il lança:


"Alors Clint, on a perdu son étalon ?"

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Alexander Löbner le 20.11.08 13:29

Alexander venait de ranger sa corde à piano encore dégoulinante de sang, discrètement, dans une poche intérieur de sa veste. Il astiquait calmement soin colt quand un homme vint vers lui pour lui parler. Alexander répondit en Allemand et fit mine de rien comprendre de ce qu'il racontait. L'autre se lassa bien vite et repartit avec un petit « Hum... Excusez-moi, je dois y aller... » accompagné de gestes débiles, comme s'il essayait d'indiquer les toilette à un malade mental sourd et muet...

Le prochain pèlerin à venir se recueillir auprès du pape cow-boy fut Opilion... Avec une blague d'un humour incertain.


« C'est par là. »

Et il partit dans la direction qu'il avait indiquée. Après plusieurs minutes de marche ils se retrouvèrent dans la rue des Potiers. Alexander amena Amosis dans une petite ruelle latérale, puis défonça des volets avec un bon coup d'coude. Ils entrèrent dans l'immeuble dont tout les locataires devaient déjà être partis au feu d'artifice. Il montèrent par l'escalier principal jusqu'au deuxième, puis prirent l'ascenseur jusqu'au toit, renvoyant l'ascenseur ensuite au premier. Quiconque regarderait la position de l'ascenseur penserait que quelqu'un venant du deuxième s'était trompé en appuyant sur le bouton du rez de chaussée, et avait rectifié le tir une fois en haut.

Alexander respira un peu tout en s'échauffant pour la missions à venir. Il roula des épaules, toucha le sol avec ses paumes de mains, et fit ainsi plusieurs exercices basiques pour ne pas risquer de se casser quelque chose. Il accrocha sa corde autour d'un système d'aération puis s'apprêta à sauter.

* * * * *


Jack venait relever Bill sur le toit de l'immeuble. Il le salua, ainsi que Bertrand, qui était déjà sur le toit depuis un moment, mais qui ne voulait pas se faire relever, regardant le feu d'artifice. Jack regarda un moment en l'air les explosions scintillantes, jusqu'à ce qu'une ombre inquiétante viennent contraster sur le ciel rouge d'un explosif des plus exceptionnels.

L'ombre semblait celle d'une immense chauve souris, dont les ailes déployées étaient surmontées de petites griffes, tendues dans l'axe du corps. Et le monstre plongeait vers eux. Jack entendit trois « bang » bien distincts. Et cette vision fut sa dernière.

* * * * *


Alexander plongeait dans le vide, ses bras tendus devant lui, armes aux poings, son trench coat flottant autour de lui. Il tira trois balles, avant de se rendre compte que la corde accroché à sa taille était trop longues.

Il s'accrocha d'une main à la corde, elle glissa légèrement sur deux mètres environ, échauffant sa main et lui brulant la peau. Puis enfin il s'arrêta à moins d'un mètre du toit, ce qui eu pour effet de le faire se balancer latéralement. Il lâcha la corde et atterrit en une roulade contrôlée sur le toit.

Il fit ses comptes :

* Trois balles. Trois morts. Pas mal. *
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 24.11.08 23:43

Alexander avait sauté.

De la classe, de la finesse. Trois balles, trois morts: score acceptable.

Amosis sourit, regarda vers le bas, et le vit, Alexander. De la classe, de la finesse.

Il lança sa propre corde dans le vide, s'ébouriffa les cheveux, et sauta. Le saut était parfait, merveilleux. Il avait plongé la tête en bas, les bras croisés, dos à l'immeuble. Un instant, il regarda Alexander. Clin d'œil oblige.

D'un geste ample et souple, il déploya ses bras, saisit le bout de la corde, qu'il avait aisément rattraper, et exerça une tension sur la corde. La résistance de celle-ci le fit tourner sur lui-même, le replaçant à l'endroit.

La corde avait atteint sa longueur maximal et Amosis put retomber avec classe sur le sol. Par soucis d'user ses articulations, il fit une roulade contrôlé.

Dès cet instant, ils le savaient, ils étaient repérés. Comme prévu, ils allaient être confrontés aux ellipsis.

Ils coururent hâtivement vers les conduits d'aération. Il leur fallait gagner du temps.

But unfortunately: première réelle altercation.

Deux vollipsis, dans la fleur de l'âge, l'un grand, l'autre moins.


"Loby, je prends l'autre"

En effet, Alexander avait déjà choisit son adversaire, et Amosis avait du se résoudre à se contenter de "l'autre".

Le vollipsis se jeta sur lui et tenta de lui asséner un crochet du droit. Amosis fut plus rapide et le bloqua par saisie à l'aide du poignet. De sa main droite, il choppa la gorge de son adversaire et serra.

Il fit tourner sa main dans la sienne et exerça une pression pour ramener le vollipsis contre lui, et lui cala son pied derrière son genou, pour le maintenir en position de sous-mission.

Il lui positionna ses phalanges en arm-block et les fit rompre d'un coup sec. Il cassa ainsi un doigt, puis un autre, et encore jusqu'à ce qu'il n'y est plus de doigt valide sur sa main droite. Le vollipsis voulait crier, mais Amosis serrait tellement fort sa gorge qu'il en était incapable.

Son sourire avait atteint l'apogée de la démence.

D'une pression brutale, il pressa la gorge du malheureux, qui rompit sous le choc. Le vollipsis s'écroula, des effusions de sang jaillissait de sa gorge.

Amosis était sadique, très sadique. Ou tout du moins, il l'était devenu.

Alexander devait en être conscient. Il en était conscient.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Alexander Löbner le 30.11.08 17:46

J’ai alors choisit le plus grand. Entre un mètre 80 et un mètre 84. Un visage carré. Une brute. Une carrure imposante. Plus musclé que moi. Sans l’ombre d’un doute. Plus bronzé aussi. Moi, je suis pâle comme la mort.

Il est énervé. Il vient de voir les cadavres de ses trois amis couchés sur le sol. Il me regarde dans les yeux. Je voix dans la lueur de rage et de tristesse de ces deux billes marrons une question muette :


* C’est toi qui as fais ça, hein ? *

Je réponds. Sans un mot. Sans un geste. Sans même un infime mouvement du visage. Je suis immobile, impassible. Mais il Sait. Il Sait, car il voit ma froideur. Il Sait, car la rage inonde les veines rougeâtres de ses yeux. Il lui faut un coupable. Et ce coupable, ce seras moi. C’est indéniable.

* Qu’est-ce que tu veux mon vieux ? On est à Tyral ici. Et à Tyral, la seule loi encore en application : C’est la loi du plus fort. *

* Tu vas me le payer. Me le payer très cher. *


Il s’approche de moi. Ses muscles sont tendus. Il tremble. Il prépare un coup de poing derrière son dos. J’imagine qu’il a là un poignard, ou pire, un des 4 éléments dont on offre gracieusement le contrôle aux Cerbers. Il sait qu’il a gagné. Je ne bouge pas. Pour moi, il est déjà mort. Il est mort depuis l’instant même où il a posé son pied droit sur le pallier du toit.

Ce n’est pas lui qui me tuera. Je suis moi-même terrorisé par la mort. Mais je sais évaluer la puissance d’un homme d’un simple regard. Et celui-ci n’est pas capable de me tuer. Du coin de l’œil, je vois qu’Amosis prend du plaisir à faire souffrir son ennemi. Mais l’homme qui est devant moi ne souffrira pas. Il n’en aura pas le temps.

Il balance son poing glacé dans mon ventre et écrase mon estomac sous le choc. Avant que je n’aie eu le temps de cracher le sang qui me remonte par les poumons, de l’autre main, dont la glace qui entoure ses doigts forme un poing américain, il m’incruste la trace de ses phalanges sur ma joue.

Voilà comment je prévois la scène. Je l’analyse : J’en tire ma stratégie.

Il attaque réellement, cette fois-ci. Je reste droit comme un I majuscule. De mon bras gauche, parfaitement calme, j’attrape son avant bras et je m’en sers pour le tirer et dévier sa course. Son poing gauche me rate alors qu’il trébuche légèrement en passant à côté de moi, emporté par son élan et mon geste. Ma main droite vient se loger derrière son coup. Mon index se glisse dans un repli agréable de son anatomie.
Un geste vif. Un mouvement des doigts. L’homme n’a pas eu le temps de crier. Il est mort. Il met encore quelques secondes à s’affaler sur le sol. J’ai moi-même à peine bougé. L’autre a l’air de dormir sur le rebord du toit.

Amosis a déjà les mains pleines de sang. Il a prit un plaisir fou à voir la souffrance de son adversaire. Ce défenseur change. Il change plus rapidement que je ne l’aurais cru. Bientôt, il sera prêt. Bientôt.

Pour le moment, je ne peux qu’exacerber les instincts bestiaux de ce primate. Sans cela, il ne peut m’aider dans ma tâche, si d’une aide quelconque il m’est…


« On entre. »
avatar
Alexander Löbner
Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Aucun.
Âge: 28
Emploi: Cadre supérieur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 04.12.08 23:35

Des mains ensanglantées obstruaient le champ de vision du jeune égyptien. Son sourire, son regard, son expression, rien de tout cela ne semblait contredire un certain plaisir à contempler la substance rougeâtre qui ruisselait entre ses phalanges.

Aperçu par Alexander, il laissa retomber ses mains.

Malgré son sourire, malgré son regard, malgré son expression, il se posait des questions. Comment en était-il arrivé à ce point ? Comment un honnête citoyen, brillant archéologue, pouvait-il en être arrivé à savourer un meurtre aussi atroce ?

Il se le demandait, mais il connaissait la réponse. Il était à la recherche de la puissance. Il avait réussit à ne plus craindre la mort, et maintenant il s'aimait à la donner. C'était l'étape suivante de son entrainement.

Émancipé de toutes autorités extérieures, il était libre de choisir sa voie. Et il l'avait choisit. Il ne pouvait plus se permettre de laisser quiconque souiller une réputation qu'il travaille depuis tant d'années.

Mais il avait besoin d'aide. Et Alexander était le seul à la hauteur. Et il était le seul à pouvoir exercer une pression suffisante sur lui.

C'est sur cette pensée qu'il venait de laisser retomber ses mains.

"On entre."

Amosis ouvrit la marche quadrupède dans les conduits d'aération, attendant la mort au tournant, tandis qu'Alexander se servait de lui pour la prévenir.

De ci de là on entendait des mouvements stratégiques, des émissions radios, des ordres élémentaires. Les deux alliés se déplaçait avec aisance et discrétion. Ils étaient très bien entrainés, et leurs membres s'appuyaient sur la tôle comme sur des coussinets. Il y aurait pu avoir une feuille morte que personne n'aurait fait la différence.

Ils progressaient avec une vitesse telle qu'ils pourraient bientôt émerger, prêt à l'attaque. Ils comptaient minimiser les offensives, mais ils ne pourraient pas les éviter, et ils étaient prêt.

Prêt à improviser.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Virus VI le 29.12.08 1:01

%%% Crrrrrrr... %%%

L'ordinateur grésillait devant Virus. Il tapota sur son clavier holographique. Des lignes de commandes apparurent dans la console à la droite de l'écran. Aussitôt, les écrans autour de lui s'allumèrent un à un, laissant y voir les écrans de sécurité de l'immeuble assiégé par les deux attaquants. Une fois que Virus eu terminé de pirater les dernières caméras, il daigna les regarder, pour essayer d'y trouver ses deux protégés : ceux qui le payaient.
importer une photo à la place de l'image grésillante, histoire que le gardien de nuit de l'immeuble ne les remarque pas. Il fit ensuite ça pour toutes les autres caméra, gardant pour lui les vraies images, et en envoyant des fausses aux Ellipsis.

Ses deux protégés s'approchaient de plus en plus de leur cible, notée en rouge sur sa carte de l'immeuble. Pendant ce temps là, Virus tentait d'arrêter l'alarme, chose difficile car pas directement reliée au réseau informatique, il fallait passer par un intervenant humain, en envoyant un message de la part d'un prétendu officier.

Ses protégés allaient entrer lorsque Virus vit une chose qu'aucun n'avait pu prévoir, quelqu'un était déjà dans la salle informatique en train de lire des informations, chose assez rare car peu d'Ellipsis y avaient accès, et on en avait rarement besoin. Virus voulut les prévenir et fit sonner le portable d'Alexander Löbner, mais celui-ci semblait être sur silencieux, évidemment. Il avait touché la poignée et chuchotait quelques mots à Opilion. Virus entreprit de pirater le portable pour le faire sonner, mais il ne réussit que trop tard. Les hommes avaient ouvert la porte, et la sonnerie, au lieu de les sauver, les fit repérer par l'homme scrutant les écrans avec avidité...
avatar
Virus VI
Tyralien [Contact Inquisiteurs]


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Nada
Âge: 34 balais et des poussières.
Emploi: Programmeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Jeff Ollon le 29.12.08 2:42

Jeff regarda sa montre avec un air désespéré, sa faisait presque 4 heures qu’il était assis là, devant les ordinateur sécurisé de la banque de donnée Ellipsis. Il avait prit un peu, non beaucoup, de retard sur ses compte rendu de mission, et il était bon pour y passer la nuit…

Ce soir là avait lieu une grande fête sur les côtes d’Alfag, on y attendait beaucoup de monde, il y aurait donc peu d’Ellipsis en trin de travailler au QG.

*Moins de monde, moins de cons !* Avait pensé Jeff avant de s’engouffrer seul dans la salle du serveur.

L’Ellipsis se leva et se dirigea vers le coin de la pièce où avait était installé une cafetière pour les travailleurs du soir comme lui. Il s’en servit un, et, par habitude, il regarda que personne ne le surveillait avant de sortir une petite gourde métallique remplis de Whisky. Il en versa quelques centilitres dans le Mug qu’il avait emprunté :

« - Et voilà comment on transforme un café à gerber, en un petit Irish Coffee, tout juste passable. »

Se dit le convoc-nature à lui-même, pour briser le silence qui commençait à le peser.

Jeff se rassit et recommença à écrire, tout en absorbant une gorgée de l’infâme mixture qu’il s’était préparé. Peu de temps après, il entendit une sonnerie bizarre derrière lui. Il se retourna et vit alors Amosis Opilion et Alexander Lobner…

La réaction ne fut pas longue à attendre, deux intrus dans l’un des endroits les plus importants pour les Ellipsis, il fallait les arrêter.

Amosis sembla faire un pas vers l’avant, mais l’Ellipsis ne se laissa pas le temps d’analyser pour savoir s’il voulait parler ou combattre, pour son cas se serait baston.

Une vague de vent s’écarta autour de l’Ellipsis, à la manière d’un éternuement d’une puissance affolante. Une attaque peu puissante, mais plutôt fait pour la diversion, laissant le temps à Jeff de concentrer plus d’air pour envoyer valdinguer ses deux opposants contre les murs.

L’Ellipsis se mit alors à courir près de la porte, où un petit levier déclenchant l’alerte, semblable à ceux pour les incendies, attendait juste la main du convoc-nature. Mais un corps lui barra le passage, un corps beau et musclé, un corps qui sentait bon le mâle, surplombé d’une charmante tête aux cheveux décolorés.
avatar
Jeff Ollon
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Manipulation de l'élément Air
Âge: 29 ans
Emploi: Livreur/téléprospecteur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Febay Karston le 29.12.08 23:49

Febay était arrivé juste à temps. Il avait vu un écran de sécurité disparaitre et se rallumer. Puis les autres lui avaient offert des boucles : les vidéos du jours précédent. Et Febay les connaissait, car il était déjà à ce poste à ce moment là. Il n'y avait pas de doute, quelque chose se tramait dans le bâtiment. Alors il avait fait donné l'alarme, puis il était allé dans la seule pièce de ce bâtiment du QG qui méritait une attention soutenue : La Data Base.

Il était arrivé par la sortie de secours, dont il avait fait sauté la serrure, puis avait vu la scène. Sur l'ordinateur principal : Jeff. A l'entrée : Alexander Löbner et Amosis Opilion.


* Ce ne peut-être que ça. *

Deux jours que Febay était revenu de de son voyage dans le temps. Et il n'avait toujours pas trouvé Jeff pour lui en parler. Et voila qu'il se rendait compte qu'il était devant ses yeux depuis quelques heures, penché sur l'ordinateur. Febay ne l'avait pas reconnu, de dos, sur les écrans.

" Jeff non, il vaut mieux pas. "

Febay s'était interposé devant l'interrupteur de l'alarme. Il regarda les deux arrivants.

" Je crois que nos deux amis sont venus chercher des informations sur un ennemi commun, que les Ellipsis considèrent pour le moment comme un ami.. Mais plus pour très longtemps. "

Il s'arrêta un instant pour que tous comprennent le sens de ses mots.

" James Anderson, dit l'intouchable, de par chez nous. Un Vollispsis, qui si on ne l'arrête pas va causer de gros dégâts à la ville... Allez-y, faites vos recherches. Et si vous avez besoin d'aide, demandez. Je préfère vous aider que de le voir vivre... Jeff, t'inquiète pas, j'aurais quelques petites choses à t'expliquer.."
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 30.12.08 1:16

"Febay Karston et Jeff Ollon !"

Amosis venait de s'avancer, la rage au ventre. Mais il devait surement s'être avancer trop hâtivement, car Alexander lui plaqua une main sur l'épaule pour qu'il s'arrête. Il s'exécuta sans riposter.


"Putain..."

Il se retourna, les bras autour de la tête. Il s'avança vers le mur et défoula sa rage d'un coup de pied dans le mur. Une longue fissure marqua l'endroit de la frappe.


"Putain de merde..."

Il se retourna de nouveau. Il voulait les tuer. Il attendait ça depuis longtemps. Et au moment même où il en a la possibilité, Alexander lui interdit de se battre. Et au moment même où il en a la possibilité, Febay Karston vient leur porter secours.


C'était au dessus de ses forces. Les choses n'allaient pas dans le bon sens. Il finit par cracher un:


"Explique toi !"

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Febay Karston le 31.12.08 13:38

Febay hocha la tête en direction du défenseur énervé.

" Il est certaines fois où il vaut mieux laisser de côté les vieilles haines pour réussir certaines missions. Alexander, je sais que tu es un homme censé et intelligent. Je viens de voir une partie du futur par le moyen d'un Ellipsis qui avait le pouvoir de changer d'époque, mais cela ne lui a servit qu'une seule fois, il a disparut depuis. J'ai vu un futur ou le mal régnait sur la ville, en la personne d'un homme qui agissait dans l'ombre : James Anderson. Si on ne l'arrête pas maintenant, il signera non seulement la fin de l'Ellipsis tel que nous le connaissons, mais aussi la mort d'Haeg Ponak, qui est encore vivant, et présent avec nous, n'est-ce pas Alexander ?... "

* * * *

Alexander se mordit la lèvre. Il avait là la preuve que Karston était bien allé dans le futur, et qu'il n'essayait pas simplement de gagner du temps : il n'avait pu apprendre une telle chose par aucun autre moyen. Il hésita à tuer sur le champ les deux ellipsis, mais il aurait encore besoin d'eux. Ils avaient décidé de l'aider, et ils en savaient beaucoup sur les Ellipsis et Vollipsis. Ils ne pouvaient que lui être utiles. Il devait simplement rester méfiant pour ne pas se faire doubler et tuer au dernier moment. Il hocha la tête en direction de Febay.

" Le cercle des personnes connaissant mon identité s'agrandit... Mais ce secret ne doit pas sortir de vos bouches. Je suppose que c'est clair ?... "

Les autres opinèrent.

Alexander hésitait encore à ne pas essayer de simplement manipuler Anderson, s'il était si puissant... Mais il se dit qu'étant donné ce qu'il avait vu, et comment l'homme l'avait déjà anéantit, il valait mieux mettre directement fin à sa vie...


* * * *

Febay reprit la parole.


" Bien. Je tiens aussi à préciser qu'Anderson risque aussi si on le laisse vivre d'affaiblir l'Inquisition, et les Défenseurs, au profit d'une... Quatrième entité. Il est donc de notre intérêt à tous de l'éliminer. "

Febay mentait. Mais il s'en moquait bien, les autres étaient obligés de le croire sur paroles... Et comment réagirait Ponak si Febay lui disait la vérité.. Qu'il allait diriger l'Inquisition, encore plus forte qu'à l'heure actuelle ?... Non... Il valait mieux qu'il ne le sâche pas...

Il se tourna vers Jeff et lui tendit une certaine clé...


" Oh... Et je dois te donner ça... Ce la part du futur Jeff... Je te raconterais ce qui concerne nos futurs plus tard... On a pas vraiment le temps, Un Ellipsis peut arriver d'un instant à l'autre dans la salle pour utiliser la banque de donnée... Dépêchons-nous ! Et Alexander, j'espère que tu exerce une influence suffisante sur Opilion pour l'éviter de faire une bêtise, dans notre intérêt à tous. "


Alexander hocha la tête une dernière fois et regarda Amosis.
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 31.12.08 21:12

Un voyage dans le futur. Et crédible en plus. Très crédible. Il tenta de ravaler sa rancœur et son animosité, chose plutôt difficile. Mais il parvenait tout de même à se calmer, car ce qui monopolisait son esprit n'était plus un désir de vengeance, mais plutôt les paroles de Febay. Tant d'allusions. Qu'avait-il vu dans le futur ? Qu'est-ce qu'il entendait par sa toute dernière phrase ?

Il rompit son questionnement lorsqu'il vit qu'Alexander le regardait.


"Finissons-en !"


Il commença à avancer mais se tourna d'abord vers Febay. Il n'avait pas beaucoup changé, et il semblait toujours aussi calme. Alors que lui, Amosis, était devenu un solitaire malaimé et persécuté ne se reposant que sur des envies de meurtre. Febay n'avait pas changé, lui. Il en était de même pour Jeff.

Il se rendit compte qu'il les voyait différemment lorsqu'il n'avait pas envie de les tuer. Il se posait beaucoup de questions.

Il se retourna vers Alexander, sans un mot pour les ellipsis.


*Une influence suffisante...*


Il se mit à trottiner pour ne pas perdre de temps.


*Dans notre intérêt à tous...*

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le boulot du "contact". [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum