My name is Davis, Mike Davis.

Aller en bas

My name is Davis, Mike Davis.

Message  Febay Karston le 29.09.09 21:10

Febay avait encore un bras dans le plâtre.

A l’hôpital d’Alfag, ils avaient fait tout ce qu’ils avaient pu. Mais il était tellement amoché qu’en le voyant débarquer aux urgences l’administration avait été plus prompte à remplir les formulaires de décès, prêts à être envoyé à la morgue, qu’à prévenir un médecin pour tenter de sauver ce qui restait de lui.

Mais par miracle, il s’en était sortit. Miracle vraiment ? Nul à l’hôpital n’en savait rien, bien qu’on parla déjà d’intervention divine pour deux des patients du complexe, tout deux trouvés au même endroit, tout deux trouvés gravement blessés, tout deux trouvés plongés dans le coma…

Febay savait pertinemment que son pouvoir n’y était pas pour rien, et que les visites régulière d’un jeune homme souvent vêtu d’un manteau rouge et d’un chapeau noir orné d’une magnifique plume, qui ne faisait que s’asseoir à côté de son lit sans parler pendant des heures d’affilées, n’y étaient pas pour rien non plus.

Mais il se plaisait à plaisanter avec d’autres de ses visiteurs de la naïveté du personnel hospitalier, qui a chaque passage dans sa chambre faisait des grands bonds devant les résultats de ses analyses, et s’empressaient de renvoyer ces mêmes analyses ainsi que de nouveaux prélèvements au laboratoire pour vérifier s’il n’y avait pas d’erreur. Mais il n’y en avait jamais.

Gill Horton et Petter Sick étaient en train de devenir des légendes dans toute l’histoire de la médecine. Et ça les faisait bien rigoler, alors qu’assis sur les bancs de la cantine du complexe, au bout de deux mois et demi de convalescence, ils parvenaient de nouveau à parler correctement, et même à rire. Si si.

Sirus et Febay s’entendaient de mieux en mieux à mesure que le temps passait, et ils avaient depuis le début de leurs souffrances eu maintes occasions de décrire leur angle de vue par rapport à cette fameuse soirée… Ils s’étaient d’ailleurs aussi racontés pas mal d’autre chose, par rapport à leurs vies respectives. Hé bien oui, il fallait bien trouver quelqu’un à qui parler, puisque les visites de leurs amis se faisaient de plus en plus rares à mesures qu’ils se remettaient. Bizarrement.

Enfin, Febay avait eu l’autorisation de sortir. L’autorisation ! Cela l’avait bien fait rire. Comme si quelqu’un dans le complexe avait eu le pouvoir de l’empêcher de partir, lui…

* * * * *


Assis au bord d’une falaise de la côté est de Tyral, Febay contemplait l’océan…

Que l’on se sentait petit et faible face à cette immensité au pouvoir incommensurable… Febay regardait les vagues s’écraser sur les rocher d’un bruit de tonnerre, en bas. Il regardait les reflets du soleil dans le tumulte changeant des vagues, en bas. Il regardait les quelques nuages se battant en duel dans le ciel bleu, en haut…


« Est-ce bien toi, Febay Karston, le guerrier qui a tué de sa main un nombre incalculables d’agents de l’ordre, de Cerbers, de Justes Fureurs, d’Inquisiteurs ?... Est-ce bien toi, Febay Karston, qui est capable de déplacer des montagnes pour assouvir ta vengeance ? Est-ce bien toi, Febay Karston, qui a participé à plus de guerres de gangs à Tyral que n’importe qui dans cette ville ? »

L’inconnu s’était arrêté à environ quatre mètres derrière Febay, et semblait être un grand fan des séries B américaines.

« Qui es-tu, toi, illustre inconnu, qui ose me poser ce genre de question ? »

A question con, réponse con, dira-t-on.

« Je suis l’un de ceux qui ont trouvé la voie de la lumière. »
« Tu as donc quitté ces scélérats ? »
« J’ai tourné le dos au côté obscur de la force. »
« Bien, jeune padawan. Alors je suis bien celui que tu cherches. »


Febay se leva lentement et se retourna, dos à la falaise, face à l’inconnu.

« Et toi, à quoi tu joues ? »
« Je suis Mike Davis, et je suis un Convoc-Nature d’air. »
« Ok Mike. Hé bien tu va pouvoir faire tes preuves dès maintenant. Allez chewie, on met la gomme ! »


* * * * *


Et c’est ainsi que deux heures plus tard ils étaient devant la demeure d’un Inquisiteur, à quelques rues du Vendetta. Febay savait pertinemment que la maison serait gardée par une belle bande d’homme de main, et surement pas mal d’alarmes. Mais c’était justement ça qui l’intéressait. Il avait repéré le propriétaire quelques jours plus tôt, alors qu’il buvait un café en face des bureaux de l’Inquisition, en lisant le journal, tout simplement…

" Au fait, Mike, tu te crois dans un film ? "

Febay défonça la porte d'un coup d'épaule.

" Oh non, mais j'avais toujours rêvé de dire ça.. "

Mike entra dans le hall en faisant un clin d'oeil à Febay. L'alarme s'était déclenchée en hurlant. L'Ellipsis au rang d'essai fut obligé de crier pour poser sa question.

" Et toi, tu étais obligé de défoncer la porte ? ! "

A quoi le mutilé lui répondit en riant :

" Bha ouai, c'est ma façon de faire ! Comment veux-tu t'éclater un peu, sinon ? ! "
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Jeff Ollon le 16.11.09 1:19

Amosis et Jeff roulaient à toute allure à bord d’une voiture que l’égyptien venait tout juste de voler. Ils devaient traverser la moitié de l’île pour rallier les lotissements de Seedorp et le fameux palace d’Aeranpolis. Pendant que le Défenseur faisait office de chauffeur, la situation l’exigeait, sinon Jeff ne l’aurait jamais laissé conduire, jamais… L’Ellipsis continuait de fouiller les infos sur Mike, celles que l’une des organisations ennemies jurées de tout modifiés, qui l’avait poursuivit une grande partie de sa vie, avaient eu la gentillesse de lui envoyer et sur son téléphone personnel! Décidément être Défenseur ne devait plus vouloir dire grand chose.

« - Amo faut que tu m’explique un truc. Je veux bien admettre que le commun des Tyraliens se disent qu’avoir un pouvoir est super cool, et que devenir un super agent de l’Inquisition qui combat les méchants terroristes Ellipsis ça assure un max. Pourtant j’ai du mal à comprendre comment vous autres les Défenseurs, vous qui avaient fait de nous des abominations de la nature, qui vous êtes autoproclamé chasseur de sorcière et qui nous pourchasse depuis des années, vous pouvez avoir envie de devenir des modifiés. Enfin je conçois qu’il y est des groupes isolés tel que celui de l’Haïtien qui ne vous ont rallié que pour l’appuie matériel. Je conçois également que la super-connerie chronique soit l’un des critères de recrutement les plus important pour ta cousine. Mais malgré tout, détruire tout les modifiés est votre raison d’être la plus importante, alors pourquoi des Défenseurs voudraient-ils passer de l’autre côté? Quand je parle de Défenseur, je ne parle pas de toi, qui es assis sur cette putain de frontière depuis que je te connais. »

La réponse d’Amosis apporterait sûrement un peu de lumière, en tout cas Jeff l’espérait. Alors qu’il l’écoutait plus ou moins attentivement, son portable réceptionna quelque nouvelles informations, en provenance de l’Ellipsis cette fois. Il avait contacté quelques bleusailles au QG, juste après le car-jacking, pour qu’ils regardent ce qu’il pouvait trouver dans la base de données.

*Merde !* pensa le convoc-nature en lisant les infos toutes récentes que l’un des bleu avait prit soin de mettre en rouge et en gras.

Attendant encore une poignée de seconde que son co-équipier du moment finisse de parler, l’Ellipsis lâcha l’info :

« - Mike Davis a été aperçu il y a plus ou moins deux heures en train de prendre d’assaut la demeure d’un haut gradé de l’Inquisition. Mais il n’était pas seul, Febay était avec lui. Apparemment la maison a prit chère, un trou dans le mur aussi grand qu’un camion, et des cadavres de cerber partout. Plus aucun signe de Mike et Febay reste impossible à contacter. Les cerbers sont en train de ratisser Aeranpolis pour les retrouver. Ils ont attaqué quelqu’un d’influent, qui n’est pas prêt de lâcher l’affaire. Bordel ! Blondie devrait encore être à l’hôpital, il a beau être solide et avoir un pouvoir de régénération, c’est impossible qu’il ait complètement récupéré ! Mike lui a sûrement tendu un piège… Allons vite chez l’Inquisiteur, on trouvera peut être quelque chose. »

_________________
Jeff Ollon se goinfre de Meuporg! Et toi à quoi tu joues?

avatar
Jeff Ollon
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Manipulation de l'élément Air
Âge: 29 ans
Emploi: Livreur/téléprospecteur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Amosis Mathias Opilion le 22.11.09 18:01

Amosis conduisait donc la voiture qu'il venait de voler, tel un sale délinquant. Mais, étant pour les besoins de la mission, cet acte allait pouvoir être tolérer. Et c'est la conscience tranquille qu'Amosis dépassait les 120km/h dans les lotissements de Seedorp.

Jeff ne semblait pas inquiet, même s'il est clair qu'il aurait préféré conduire.


« - Amo faut que tu m’explique un truc. Je veux bien admettre que le commun des Tyraliens se disent qu’avoir un pouvoir est super cool, et que devenir un super agent de l’Inquisition qui combat les méchants terroristes Ellipsis ça assure un max. Pourtant j’ai du mal à comprendre comment vous autres les Défenseurs, vous qui avaient fait de nous des abominations de la nature, qui vous êtes autoproclamé chasseur de sorcière et qui nous pourchasse depuis des années, vous pouvez avoir envie de devenir des modifiés. Enfin je conçois qu’il y est des groupes isolés tel que celui de l’Haïtien qui ne vous ont rallié que pour l’appuie matériel. Je conçois également que la super-connerie chronique soit l’un des critères de recrutement les plus important pour ta cousine. Mais malgré tout, détruire tout les modifiés est votre raison d’être la plus importante, alors pourquoi des Défenseurs voudraient-ils passer de l’autre côté? Quand je parle de Défenseur, je ne parle pas de toi, qui es assis sur cette putain de frontière depuis que je te connais. »

« Je pense, et je ne prend surement pas de risque en disant cela, que mon comportement depuis toutes ces années ait eut des répercutions sur certains chasseurs de sorcière. En fait, parmi les défenseurs, on en distingue plusieurs types, selon leur principale motivation. La grande majorité prennent les modifiés pour des monstres, des espèces contre-nature qui ne vivent que pour faire des ravages autour d'eux. Mais il y en a d'autres dont les motivations sont tout autre. Personnellement, je n'ai jamais fait la guerre aux modifiés, j'ai fait la guerre à Mathias Osnel, j'ai fait la guerre à tous ce qui se rapprochait de près ou de loin à mon oncle. J'ai fait la guerre à la guerre. J'ai toujours eu le juste minimum de respect pour chaque individu, même pour ceux que j'ai abattu, fussent-ils coupables ou innocents. Le fait que les modifiés soient des humains a finit par entrer dans la tête de certains. Ces derniers ont compris que la modification n'avait jamais été un choix, car dans les débuts, il aurait fallu être suicidaire pour se faire modifier. Mais ils ont également compris que le risque est désormais quasi inexistant. Les mentalités changent chez une minorité, et ça aura des répercussions... Ça a déjà commencer... »

Amosis faillit se perdre dans ses pensées, à mesure qu'il parlait, plus à lui-même en réalité. Mais la voie de Jeff leur évita de rentrer dans un arbre.

« - Mike Davis a été aperçu il y a plus ou moins deux heures en train de prendre d’assaut la demeure d’un haut gradé de l’Inquisition. Mais il n’était pas seul, Febay était avec lui. Apparemment la maison a prit chère, un trou dans le mur aussi grand qu’un camion, et des cadavres de cerber partout. Plus aucun signe de Mike et Febay reste impossible à contacter. Les cerbers sont en train de ratisser Aeranpolis pour les retrouver. Ils ont attaqué quelqu’un d’influent, qui n’est pas prêt de lâcher l’affaire. Bordel ! Blondie devrait encore être à l’hôpital, il a beau être solide et avoir un pouvoir de régénération, c’est impossible qu’il ait complètement récupéré ! Mike lui a sûrement tendu un piège… Allons vite chez l’Inquisiteur, on trouvera peut être quelque chose. »

Amosis tourna brusquement le volant afin d'orchestrer un superbe 180°. Mais il se loupa, et la voiture partit en des superbes tonneaux successifs à un mètre du sol. Amosis sourit, comme à son habitude. Mais la voiture retomba sur ses belles suspensions, face à au raccourci qu'Amosis avait prévu d'emprunter.

« Exactement c'que j'voulais faire ! »

Puis il démarra en trombe, essayant de ne pas regarder Jeff. Trop risqué.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Febay Karston le 25.11.09 0:02

Dans une haute maison d’une dizaine d’étage, aux aspects plus luxueux qu’un palais Princier, réside un homme aux pouvoirs impressionnant. Un homme qui n’a pas gagné son pain par la sueur de son front mais par un simple don de la nature. Un vulgaire don de la nature. Ce gamin pauvre de la toundra russe, ce fils de paysans à la vie rude, qui par un immense jeu de hasard et de complexe génétique reçu l’Intelligence.

Ce gamin simple, sans vraiment de personnalité, expulsé par le jeu des écoles dans des villes de plus en plus grandes, de plus en plus titanesques… Jusqu’à parvenir à LA ville. Celle où termine toute Intelligence qui ne s’est pas encore révoltée contre le système, qui n’a pas voulu fuir par manque de volonté, de courage, par simple amour de sa famille ou de sa patrie. Celle qui a résisté à des dizaines d’années de propagande. Celle qui a refusé l’argent comme Objectif Ultime.

Ce gamin simple et faible, sans vraiment de personnalité, qui finit sans vraiment comprendre pourquoi à la têtes de responsabilités immenses qui feraient frémir ceux qui croient les envier. Ce gamin qui n’a rien demandé à personne, et qui croit faire le bien en flirtant avec les équations, les problèmes, les solutions… Ce gamin qui sans le savoir participe à un engrenage complexe qui fait la puissance des riches et ruine sans remord les plus pauvres.

Je me retourne brusquement. Ou et donc passé cet enfoiré. Je suis encore haletant. Après cette course à travers les étages, où seule règne la loi du plus fort, de celui qui tire le plus vite, et surtout qui sait viser. Mike se bat plutôt à ce jeu là. Mais il ne court pas assez vite. Il est trop méfiant, il s’attarde, vérifie chaque angle de vue. Il a encore à apprendre, le garçon.

Le « Massacre en règle » ne s’est, à vrai dire, pas vraiment déroulé selon mes plans. Enfin, bon, j’avoue que je n’avais pas vraiment de plan, mais quand même ! J’avais par exemple pas prévu, si si, j’vous jure, que le premier hall d’entrée de la maison était muni d’un lance roquette automatique, que les gardes seraient si entrainés et si nombreux, mais surtout, surtout, qu’il n’y ai pas d’ascenseur.

Voilà qui nous compliqua sérieusement la tâche. Même si mon compagnon n’aurait de toute façon pas voulu le prendre, m’est avis. Mais étage par étage, pièce par pièce, nous gagnons peu à peu du terrain. Nous organisant à la perfection, campant parfois sur nos positions pendant plusieurs dizaines de minutes, à moitié couché derrière une commode renversée, échangeant des coups de feu avec les gardes. En tout cas, il semblait que l’Inquisiteur n’était pas assez haut placé dans l’échelle des grades pour obtenir le droit à quelques uns des rares Cerbers, privilège ultime pour la protection personnelle d’un Inquisiteur, et gardes ô combien compétents…

Enfin, nous sommes arrivé au sixième, et c’est là que nous avons du nous séparer. De force, car une porte en métal blindé s’est refermée entre nous. Il a donc continué de son côté, et moi… Bha moi, j’ai continué du mien, pardi !

Et voilà où j’en suis, désormais, planqué dans ces trois salles où j’essayais de faire régner l’ordre à mon avantage. Et voilà qu’un Cerber déboule dans mon dos, je l’entend venir. Qu’est-ce que je fous là moi, je ferais mieux de rester au chaud avec Catalina des fois… C’est tout moi de chercher à me mettre dans des pétrins pareils… Heureusement que j’ai une veine de cocu… Tiens... D’ailleurs faudrait que je surveille un peu Catalina.

Il se prend un coup du manche de mon 6 coups dans les boules. Après ça, un coup de boule dans la cloison nasale. Et pour finir, un coup de genou dans le ventre associé d’une balle derrière la nuque. Et là, techniquement. Il est mort. Enfin… Normalement. Un coup de pied dans les côtes. Ouai. Il est bien mort. Même pas un spasme.

J’ai plus de balles dans mes révolvers, la tuile. Je lui fais les poches, mais lui non plus, manifestement. Pour ça qu’il m’a attaqué au corps à corps, il n’aurait jamais osé, sans ça. Mon bras me fait souffrir le martyr. Non seulement il n’est pas encore guérit, mais il est désormais garni de deux balles de plombs. Fumiers d’Inquisiteurs.

J’entends les pas d’un nouveau venu. Le sang bat à mes temps, j’ai l’impression que mon cerveau va exploser, je suis fatigué et j’ai envie d’en finir, les gardes de cette foutue baraques ont l’air illimités. Je ne sais même plus depuis combien d’heure on a investit cette foutue baraque, et l’Inquisiteur est surement déjà aux caraïbes à l’heure qu’il est. Echec complet, pour sûr… Combien de renforts ont déjà du venir à la rescousse ? Je manque d’éclater d’un rire nerveux en pensant à ce que doivent se demander l’Inquisition : « Combien sont-ils ? ». S’ils savaient qu’on est que deux, les bougres.

Mais je me retiens, quand même. Je suis planqué derrière un canapé et y’a un garde avec un revolver surement chargé qui traverse la pièce. Vaudrait mieux pas le déranger, vu l’épaisseur du canapé… Il s’approche. Le chien. Il va me repérer. Encore.. Encore un peu.

Rha, je ne peux plus attendre. J’agis ! Je saute par dessus ma cachette et le prend aux épaules, l’entraînant dans ma chute. On roule tout les deux sur environ deux mètres, mais il est plus rapide que moi à se relever. Mon bras est mort, et avec un bras, j’ai le désavantage. En plus, il s’est relevé à une vitesse surhumaine, comme s’il avait rebondit sur le sol, comme si une bourrasque, que j’ai ressentit passer dans mes cheveux, l’avait tout d’un coup aidé à se relever. Jeff ? Je le regarde qui me pointe son arme sur le front. Ouf. C’est Mike. Sauvé. J’aurais préféré Jeff, mais celui-ci suffira. Pendant un instant j’ai cru que la mort me tomberait dessus, comme au moins une cinquantaine d’instants dans cette soirée. Mais c’est Mike. Je suis sauvé.

Mais il ne détourne pas son arme. Le convoc nature d’air n’a pas l’air décidé à me laisser en vie.

Cerber. C’est un Cerber. Je m’en doutais mais je pensais pouvoir le maîtriser au moment où j’en serais certain. Il m’a eu au pire moment. Je suis trop faible, à terre, sans autre arme d’un 6 coup qui me sert de matraque, un bras en sang, un revolver braqué sur ma tempe. Ses pouvoirs peuvent lui servir dans sa position, les miens ne m’apportent franchement rien dans un tel duel.

Je prie pour qu’un garde arrive. Mais je ne sais pas vraiment sur lequel d’entre nous il tirera en premier…

Il sait, tout comme je sais, qu’il n’a pas beaucoup de temps. Il me sourit et s’apprête immédiatement à appuyer sur la gâchette. Il n’est pas comme ces grands méchants loups qui vous font un speech pour expliquer ses plans. Non, il ne se croit pas dans un film, il voulait me tuer, rien d’autre. Pas besoin d’explication, c’est tout à fait clair. Et il va le faire. Il jouait la comédie depuis le début, l'enfoiré. Et plutôt bien, d'ailleurs.

Alors, c’est ça, l’avant mort, cet attente de l’instant fatal, qu’on espère presque libération de cette tension immense. Allez, tue moi, qu’on en finisse. Je ne vois pas ma vie défiler devant mes yeux, non, je ne ressens qu’une immense lassitude. Me restait-il grand chose à faire dans la vie, franchement, que d’être une maigre pierre à l’édifice qui fera un jour ou l’autre tomber l’Inquisition ?

A quoi bon…
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Amosis Mathias Opilion le 08.01.10 20:35

Si vous les aviez vu. Si vous les aviez vu, défilant à travers les fenêtres isolées, l'arme au poing, prenant possession du moindre mètre carré du bâtiment. Si seulement vous les aviez vu, ces hordes de soldats, chacun tentant par tout les moyens de plaire à leur chef. Si seulement vous les aviez vu, ces nuées, que dis-je, ces torrents. Si vous les aviez vu, et bien vous seriez inquiets.

Un bruit sourd, celui d'une explosion. Puis plus rien, plus un bruit. Seulement l'écho d'un silence anormal. Parfois un sifflement, toujours plus pénétrant que le précédent, puis de nouveau plus rien. Mais qui s'en préoccupe ? Les deux sont déjà dans la cage d'escalier, laissant derrière eux une voiture brûlée, trois douilles et un tas de cadavres.

Amosis passe le premier. Il court, ne réfléchit pas. Du sang s'écoule de son oreille. Il en veux. Le palier est cerné. Il tire. La balle file avec vigueur, et croise en chemin son homologue adverse. Elle voudrait prévenir Amosis. Elle voudrait vraiment. Mais elle ne peux pas. Elle ne saura même pas ce que la balle est devenu, elle ne saura même pas si elle a atteint son objectif, car elle, de son côté, est déjà dans la carotide du cerber. Amosis avait été plus rapide. Mais assurément moins méfiant.

La balle s'arrête à deux centimètres de l'oeil de l'égyptien. Ses paupières clignent. Il pourrait presque voir la boule d'air comprimé qui tournoie devant son visage. Mais le voilà déjà parti. Pas un merci. Non. Pas tant que Febay se battait au dessus aux côtés de Mike. En plus, Jeff n'en attendait même pas. Il fallait foncer. Suivre les morts, pour ne pas avoir à en déplorer un.

La cage d'escalier était tourmentée par des flammes gigantesques qui léchaient les murs avec fougue. Lorsque les vagues enflammées venaient à se casser sur une grenade, le feu envahissait plusieurs mètres de hauteur d'un seul élan, et semblait gravir les marches avec plus de motivations.

Les escaliers sombraient petit à petit dans cette partie de l'immeuble. Ils en venaient même à se dérober sous les pieds des deux fous. Alors ils foncèrent de plus bel, jusqu'à défoncer d'un coup de pied la porte parmi les portes, et s'y engouffrer avec fureur, abattant le garde dans le même temps.

Amosis et Febay furent propulsés contre le mur, chacun dans un coin de la salle. L'un saignait de l'oreille, l'autre du bras. Mais ils souriaient.

Jeff et Mike venait de croiser leur souffle. Puis ce fut au tour de leur regard...

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Jeff Ollon le 20.01.10 1:49

Amosis et Jeff arrivèrent plus facilement que prévus à s’approcher de la maison de l’Inquisiteur, ce qui inquiéta relativement le convoc-nature. Ce qu’ils y découvrirent les fît frémir, les informations envoyé par les Ellipsis étaient erroné, les Cerbers ne ratissaient pas la ville à la recherche du peaux-roc, mais étaient en train de verrouiller un périmètre autour de la maison. Car oui, Febay y était toujours.

L’Inquisiteur s’était mis à l’abri depuis bien longtemps et était décidé à faire tuer ceux qui avaient osé l’attaquer. C’est lui qui avait donné l’ordre aux Cerbers de former une ligne infranchissable, car s’il y avait une minuscule chance de survit pour Febay à l’intérieur, dehors il serait piégé.

Après quelques manœuvres chaotiques et une explosion ‘‘made in Amosis’’, lui et Jeff entrèrent dans le bâtiment, les traits déformés par une soif sanguinaire. Ils repartiraient tout les trois, ou ne repartiraient pas.

Ils avançaient, détruisant, explosant, et tuant les malheureux Inquisiteurs perdus sur leur chemin. Grimpant les marches, quatre par quatre, d’un escalier en feu, ils arrivèrent face à une porte qu’Amosis défonça d’un coup de pied. La porte fut arrêtée dans sa course par ce qu’il semblait être un garde, assommé sur le coup.

Lorsqu’il vît ce qu’il se passait dans la pièce, Jeff, bourré de l’adrénaline des combats, réagit au quart de tour. Dans un même geste, il poussa Amosis sur le côté en appuyant sur l’épaule du Défenseur avec sa main gauche et en se servant de l’élan provoqué l’Ellipsis envoya une bourrasque avec sa main droite.

Réagissant aussi rapidement, Mike propulsa une bourrasque défensive qui vînt s’écraser sur une partie de celle de Jeff, laissant l’autre partie pousser Febay vers un mur.

Le deux convoc-nature étaient l’un en face de l’autre, les yeux dans les yeux, ça allait se jouer entre eux deux maintenant. Jeff fît totalement abstraction de ce qui était en dehors de leur combat, il savait que ses deux alliés géreraient un éventuel imprévu, c’était un luxe que Mike, lui, ne pouvait pas se permettre.

« - Alors, il est enfin arrivé, le grand sauveur ! Ironisa l’ancien Défenseur. Je commençais à croire que tu l’avais abandonné, comme nous… Mais non ! Tu n’abandonne pas ces pourritures de modifié aussi facilement que ceux des miens qui t’ont accordé leur confiance ! »

La rage déformé sa voix, il était clair dans l’esprit de Jeff que les effets secondaires d’une modification mal contrôlé commençaient à se manifester. Mike ne reviendrait plus jamais à la raison et il allait mourir d’une mort lente et douloureuse. L’Ellipsis aussi était envahi par la rage, mais une autre forme de rage. La rage d’avoir vu ses amis en danger, la rage d’être à l’origine du monstre qui avait détruit de l’intérieur l’homme en face de lui, la rage de ne pouvoir inversé le processus, la rage de ne pouvoir se venger, ni de pouvoir venger Mike. Car la vraie source de toute cette rage était déjà définitivement morte. Alors toutes ces émotions se fondirent en une seule, la détermination. Une détermination triste, devant le devoir qu’il devait accomplir.

« - Je te promet une mort rapide. » Dit l’Ellipsis sans prendre la peine de répondre aux accusations de son adversaire.

Tout deux tournèrent encore quelques instants autour du cercle invisible qui semblait les séparer. Puis, dans un geste rapide, Mike attrapa deux petits couteaux de jet à l’arrière de sa ceinture, et les lança vers Jeff dans des couloirs d’aspiration courbé. Il était étrange pour l’Ellipsis de voir ses propres techniques face à lui, mais ce n’était qu’une erreur supplémentaire de son adversaire trop peu expérimenté aux combats surnaturels. Créant deux autres couloirs d’aspiration, qui commençaient là ou les autres se terminaient, Jeff fît repartirent à toute vitesse les couteaux vers leur propriétaire. Alors que Mike était trop occupé à esquiver, l’Ellipsis en profita pour faire s’abattre son poing, accéléré grâce à ses pouvoirs, sur la face de l’ancien Défenseur.

Mike perdit l’équilibre et tomba sur le dos. Jeff s’accroupi sur lui, sortant l’une de ses propres armes pour lui trancher la gorge. Mais avant qu’il n’ait pu le faire, Mike expulsa tout l’air de ses poumons de manière concentré, ce qui expulsa Jeff un mètre plus loin.

C’était une technique inédite, jamais Jeff ne l’avait employé, ni ne l’avait vu faire. C’est en regardant Mike qu’il se rappela pourquoi il avait banni ce genre d’utilisation de son pouvoir. L’ancien Défenseur était encore au sol, incapable de reprendre son souffle. Il venait de faire une erreur, la dernière.

Jeff se releva rapidement, saisit une deuxième lame, et l’enfonça dans la poitrine de son ancien ami. Les yeux de Mike se fixèrent sur la lame, alors que son sang commençait à couler abondement.

« - Mon cadeau… tu l’as toujours… » Dit-il avec le peu d’air qui constitua son dernier souffle.

L’Ellipsis resta figé, une bonne trentaine de seconde. Le pouls de son adversaire avait disparu, alors que le sang qui coulait formait déjà une tâche indélébile. C’était finit. Mike était mort.

Jeff ne put s’empêcher de penser que c’était son ami qui lui avait parlé en dernier, et il trouva bizarrement en cette idée quelque chose de réconfortant, l’espoir d’une paix retrouvé au dernier moment.

Le seul convoc-nature survivant mit encore une bonne minute à revenir à la réalité, laissant couler sur sa joue droite une seule et unique larme. Il ne savait pas ce qu’il était advenue de ses deux amis pendant le combat, et il n’avait pas le moindre début d’idée qui leur permettrait de s’enfuir du périmètre de sécurité qui devait être maintenant complètement déployé.

_________________
Jeff Ollon se goinfre de Meuporg! Et toi à quoi tu joues?

avatar
Jeff Ollon
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Manipulation de l'élément Air
Âge: 29 ans
Emploi: Livreur/téléprospecteur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Amosis Mathias Opilion le 22.01.10 21:56

La larme, Amosis la voit tomber. Dans l'élan, il se relève. C'en est trop. La goutte s'écrase sur le sol. L'instant d'après, une explosion retentit dans la pièce voisine. Le feu a atteint les canalisation. Il faut sortir.

Amosis se tient l'oreille. Du sang ruisselle entre ses phalanges. Il est recroquevillé. Il n'en peux plus. Mais il gonfle ses poumons, se relève. Car il faut sortir.

Jeff est déjà loin, et ce depuis quelques minutes, mais ce n'est pas le cas de son corps. Lui, est au même endroit, au chevet du cadavre d'un ami. Fichu trahison ! Febay tente de se mettre debout, tant bien que mal. Amosis lui saisit le bras valide et l'entraîne vers le centre de la pièce.


"Jeff ! Il faut sortir !"

Des bruits de pas se font entendre. Amosis jette un coup d'œil par la fenêtre. Et voilà qu'une balle lui frôle la tempe. Il se plaque sur le côté, entraînant Febay avec lui. Ça ne peut plus durer. Il faut réagir ! Qu'en est-il devenu de la Team ?

Jeff semble être de retour. Bonne nouvelle. Aux premiers abords seulement. Mauvaise nouvelle. Il ne semble pas avoir de plan de sortie. Mais à vrai dire, aucun d'eux n'en a. Car il n'en existe pas.

Pourtant, il va leur en falloir un. Et le sacrifice en fait parti.


"Feb ! Soigne ton bras et prend l'arme du garde ! Jeff, sert toi de ton pouvoir pour contenir les portes de gauche et de droite ! Moi, je fais demi-tour, par la porte de derrière, j'essai de rejoindre la rue et je fais de mon mieux pour déloger les tireurs. Quoi qu'il arrive, dans cinq minutes... Sautez par la fenêtre !"

Sur ces mots, Amosis s'engouffre dans la cage d'escalier en ruine. Les flammes le harcèlent déjà, sans répit. Chaque fois qu'il pose un pied, il s'enfonce dans le sol et s'écrase sur le palier d'en dessous. Il tousse, crache ses poumons. Son oreille sifflent à l'en faire imploser. Ses yeux, irrités, ne demandent qu'à se fermer, pour ne plus se rouvrir. Il souffre. Il a chaud. Il cri, mais ne s'entend pas. Il veux mourir, arrêter ce supplice. Ses vêtements prennent feu et se soudent à sa peau. Il se frappe avec vigueur pour contenir les flammes. Mais il souffre. Il veux abdiquer, mais il n'y arrive pas. Il tombe d'un étage et s'affale sur le dos. Il se sent impuissant. Mais il doit continuer. Il doit sortir.

Il est arrivé en bas. Ses manches sont en feu, ainsi que son torse. Il enlève son haut, le jette au sol. Il émerge de l'obscurité, tout couvert de suie, le pantalon agressé par de nombreuses flammèches. Il brandit son arme. Et tire. Une fois, deux fois, trois fois. L'effet de surprise s'estompe. Il n'a plus l'avantage. Il subit le triste retour de flamme. Plus cruel que son voyage en enfer.

Et le voilà qui s'effondre.

4min57 à sa montre. Juste le temps d'une expiration.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Febay Karston le 23.01.10 14:22

Jeff avait barricadé les portes avec son pouvoir. Moi, je tentais tant bien que mal de me faire un bandage autour du bras. J’avais l’impression d’être dans un autre monde, vous savez, de voir par les yeux d’un autre… Comme si d’avoir frôlé de si près la mort je n’étais pas vraiment revenu à la vie, laissant mon corps et ses réflexes agir seuls tandis que je me remettais de mes émotions.

Jeff, lui aussi, semblait sonné. Et il peinait de plus en plus à contenir les portes, à en voir son visage tiré. Je lançai un regard périphérique sur tout le tour de la salle, cherchant un quelconque moyen de sortir d’ici en vitesse. Mes yeux voyaient rouges et ma vision était si floue que je du fermer et ouvrir longuement les yeux à trois reprises. Un détail, enfin, retint mon attention.

Un cadre.

Un cadre, un Monet d’ailleurs, un peu décroché du mur, sur la droite. Mais bizarrement décroché, un peu comme une porte à semi ouverte. Un coffre ? Une sortie de secours ? Je cours dans sa direction, saute agilement par dessus le canapé. Mes jambes me font un peu souffrir alors que j’atterris lourdement sur la table basse trônant derrière le canapé de cuir noir, mais je n’en ai cure. Nous devons d’abord sauver nos vies. C’est la seule chose qui compte.

Je l’ouvre en grand. Ce n’est pas du tout une sortie de secours.

C’est un coffre. Un coffre remplis à craquer d’armes en tout genre.

Hé bah voilà, moi qui n’avait plus de munitions ! Je récupère un katana et l’accroche à ma ceinture, ça peut toujours servir. Deux 24 coups dans l’étui de mes révolvers déchargés. Trois grenades inquisitrices, deux mines anti-personnel et un cocktail Molotov, miniaturisé par les technologies de l’Inquisition. Une petite mitraillette, accrochée dans mon dos. Et enfin, un sniper, à bout de bras. Je suis prêt.

Je m’approche d’une des portes et installe une des mines. Je m’éloigne et fait signe à Jeff de relâcher sa pression sur cette entrée pendant que je vais m’occuper de l’autre. Immanquablement, ils entrent, immanquablement, la mine explose. Et la porte se referme d’elle même. Pour l’autre porte, même scénario.

Voilà qui est mieux.

Soudain, une titanesque explosion nous couche sur le sol. Un des murs extérieurs vient de sauté, et un feu nourri commence à décimer les meubles à cet endroit. Je regarde Jeff, on se sourit. D’un accord tacite, nous nous sommes compris. C’est peut être une idée complètement folle, mais c’est la seule qu’ils aient.


* * * * *

Un mur qui explose, une vingtaine de militaires qui se balancent au bout d’une corde, se dirigeant à toute vitesse vers le trou béant et enflammé nouvellement créé.

Un ange de feu qui jaillit du brasier, les bras écartés et les jambes allongées, volant à travers les airs brûlants.

Un second ange qui plane et plonge entre les gigantesques immeubles, à l’immédiate suite du premier, sans peur.

Deux silhouettes de feu qui tombent et tombent encore, prêt à s’écraser en bas contre le solide goudron.

A moins qu’ils ne sachent vraiment voler ?
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Jeff Ollon le 02.02.10 3:21

Jeff avait compris immédiatement ce que son éternel complice avait dans la tête. C’était ça l’avantage des années de coopérations, les mots ne servaient plus à rien. Ils avaient petit à petit acquis la capacité de pensée de consort.

Febay était devant lui, il plongeait dans le vide, les flammes consumant les lambeaux de sa veste de cuir qui avaient su tenir jusque là. Le convoc-nature, lui, resserra ses membres pour prendre de la vitesse et rattraper l’ange blond. Lorsqu’il y eût moins de deux mètres cinquante entre eux et le sol, Jeff concentra son pouvoir pour ralentir leur chute.

Atterrissant tant bien que mal sur le béton du trottoir, les Ellipsis purent prendre pleine conscience de ce qui les attendait. Une poignée d’hélicoptère était en train de régurgiter une quantité incalculable de soldat. Ces enfoirés jouaient sur le terrain du convoc-nature et ça, ça le foutait en rogne.

Febay s’était déjà relevé, il tirait sur tout ce qu’il pouvait, arrosant aussi bien les ennemis déjà au sol que ceux encore suspendu à leur câble. Jeff quant à lui focalisait ses bourrasques sur les soldats encore dans les airs, essayant de les déstabiliser pour les entrainer vers une chute mortelle.

« - Passe-moi une grenade ! » gueula le convoc-nature entre deux bourrasques.

Attrapant le petit explosif jeté à la volée, Jeff le dégoupilla entre ses dents. Saisissant l’occasion que lui offrait l’un des soldats qui était en train de s’extirper de l’hélicoptère le plus près, il ouvrit un courant d’aspiration qui propulsa la grenade directement à l’intérieur de l’appareil.

Moins d’une seconde après, l’explosion, amplifiée par le carburant de l’engin, détruisît l’appareil dont les débris tombèrent sur les soldats trop proche. Le souffle provoqué avait obligé les pilotes des autres hélicoptères à quelques manœuvres savantes pour récupérer l’équilibre, laissant quelques hommes chuter par la même occasion.

« - Profite de la pagaille, je crois que j’ai une idée ! »
cria le lance-grenade à son coéquipier.

Jeff repartit en courant vers l’entrée du bâtiment, s’en voulant de ne pas encore être capable de voler. D’un coup d’épaule, il défonça les restes piteux de ce qui fût 24 heures plus tôt une porte ultra sécurisé. Arrivant une nouvelle fois dans ce fichu hall, il découvrit son autre allié qui abattait inexorablement les ennemis un par un. Ses yeux brillaient d’une lumière étrangement sombre, la malédiction de l’égyptien devait travailler à plein pour l’empêcher de mourir ici. Aussi nombreux que pouvaient être les ennemis, rien n’y faisait, ce crétin de Défenseur avait un destin qui ne lui appartenait plus.

L’Ellipsis porta main forte à son camarade pour éliminer les dernières traces des gardes de l’immeuble. Avant de lui demander de rejoindre Febay et de se tenir prêt. Puis remarquant le trou dans le plafond, qu’avait causé la descente d’Amosis, il concentra son pouvoir afin de se propulser dans les airs. Après plusieurs sauts surhumains, Jeff réussi à atteindre un étage suffisamment stable pour emprunter les morceaux d’escalier qui subsistaient.

L’Ellipsis finit par entrer dans une salle avec une fenêtre qui donnait sur le côté à droite de celui que devaient encore occupé ses camarades. Il saisit un fusil d’assaut dans les mains d’un cadavre et cassa les vitres de la fenêtre avec la crosse avant de commençait à tirer sur l’hélicoptère le plus proche. Comme il l’avait espéré, l’hélicoptère s’était rangé sur le côté car il avait fini de déployer les troupes qui l’occupaient. Il ne restait à son bord que deux pilotes et un homme maniant l’énorme mitrailleuse à l’arrière.

Jeff tirait vers le cockpit pour attirer l’attention du pilote. C’était chose faite, celui-ci plaça le côté de l’hélicoptère vers le bâtiment pour que le soldat à l’arrière puisse arroser copieusement tout ennemis embusqué. Plongeant au sol, pour éviter une rafale de tir dont les balles traversaient sans problèmes les murs, le convoc-nature saisit l’un de ces couteaux de jet. Et, au premier moment de répit, il se releva et lança son arme à travers un courant d’aspiration qui l’entraina entre les deux yeux du soldat mitrailleur. Un véritable coup de sniper.

Ne laissant pas le temps au pilote de réagir, l’Ellipsis se propulsa à travers la fenêtre pour atterrir à l’arrière du véhicule aérien dont les portes latérales étaient encore grande ouverte.

Jeff attrapa l’un des occupants du cockpit, qui était venu voir pourquoi il n’entendait plus de tir, et le balança par-dessus bord, le laissant tomber dans le vide. Il récupéra ensuite sa lame toujours planté dans le crane du soldat et s’en servit pour égorger le pilote qui n’avait rien vu venir.

Prenant la place du mort, l’Ellipsis prit les commandes. Maintenant il pouvait voler.

Négociant un virage serré, le convoc-nature fila à pleine vitesse vers ses coéquipiers. Leurs ennemis mirent un sacré temps avant de comprendre que ce véhicule avait était détourné, un temps que Jeff avait exploité pour venir faire pendre les cordes que les soldats avaient utilisé pour descendre, devant Febay et Amosis. Après s’être assuré qu’ils avaient commencé à grimper, le convoc-nature repris de l’altitude et de la vitesse.

Jeff savait qu’ils n’étaient pas encore tirés d’affaire, mais c’était un début. Enfin ça c’était sans prendre en compte les unités anti-aériennes déployées sur les toits de la ville…

_________________
Jeff Ollon se goinfre de Meuporg! Et toi à quoi tu joues?

avatar
Jeff Ollon
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Manipulation de l'élément Air
Âge: 29 ans
Emploi: Livreur/téléprospecteur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Amosis Mathias Opilion le 14.05.10 16:56

Malgré les brûlures qu'il avait pu subir, la chaleur la plus impressionnante qu'il ressentait provenait de son sang bouillonnant. Plus que coléreux, il était indigné. Des dizaines et des dizaines d'adversaire l'assaillaient, et pas un seul n'arrivait à lui porter le coup fatal. Lui, qui pourtant était à genoux, au centre du salon, encerclé de toute part, affaiblit par des blessures bien plus grave que toutes celles que l'on peut constater dans une vie. Lui, qui pourtant ne se contentait simplement que de tirer à vue. Que leur fallait-il d'autre pour mettre un terme à son existence sans que ses actions ne soient celles d'un suicide ?

La seconde suivante, Jeff envahissait la pièce et finit d'abattre les derniers assaillants. Une nouvelle fois, des hommes avaient manqué leur chance, et Amosis aussi, par la même occasion. Mais, à la différence des fois précédentes, Amosis s'entendit murmurer à l'encontre de Jeff ce qui pouvait s'apparenter à un merci. Il se surpris lui-même, et, ne sachant pas si son destinataire avait entendu, préféra s'abstenir de répéter.

Répondant aux ordres, il tenta de rejoindre Febay, mais le tumulte de la bataille rendait la tache bien plus difficile qu'elle n'en avait l'air. Sur la droite du bâtiment, deux soldats longeaient le mur, déversant des flots de balles à l'intérieur du nuage de fumée. Dès que le second fut passé devant la brèche murale, Amosis le percuta d'un coup sec de l'épaule tout en maintenant le pistolet-mitrailleur dans son exacte position et tout en enfonçant son couteau dans la carotide du soldat le précédant. À partir de là, il lui suffit de regarder dans le viseur nocturne et anti-brouillard de l'arme à feu pour déterminer avec précision la position de Febay, dont la silhouette verte semblait danser avec élégance et rapidité.

Il ne mit pas plus longtemps à le rejoindre, ne ressentant désormais plus aucune douleur, et ce dans plus aucun de ses membres. En d'autres circonstances, cela n'aurait pas été bon signe, mais Amosis ne demandait pas mieux. Malheureusement, il eut à peine le temps de tuer une dizaine d'ennemis que deux cordes se mirent à pendre à leur côté. L'égyptien s'agrippa sans hésitation, malgré le fait que l'hélicoptère appartenait à l'Inquisition et qu'éventuellement des soldats pouvaient vouloir emprunter ses mêmes cordes pour en descendre. Il s'empressa de vérifier ses doutes en grimpant jusqu'à l'intérieur du véhicule. Le visage concentré de Jeff à la place de celui du pilote original ne le surprit même pas.

Il se posta instinctivement à la porte, mitraillette au poing, prêt à mettre à bas toute menace extérieur, jusqu'à ce qu'il constate avec dépit les fameuses unités anti aériennes. Un missile fusa dans leur direction, et Amosis ne su le stopper qu'en envoyant à son encontre une grenade dégoupillé. Le vent formé par l'explosion poussa l'hélicoptère sur le côté, ce qui lui permit d'esquiver un second missile, passant juste devant le nez d'Amosis.


"Wouh ! On va dire que je l'avais prévu lui aussi !"

Malgré les écarts de trajectoire, et les missiles à éviter, Jeff parvenait à garder le total contrôle de l'appareil, ce qui permettait à Febay et Amosis de marteler les missiles d'explosifs et les soldats de balles.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Febay Karston le 26.01.11 23:53

Nous arrivons sains et saufs en bas. Je n’en ai pas douté une seconde. Le combat fait rage. Une dizaine de miracles se produisent. Au minimum. Le reste étant dû à notre talent et à notre chance. Je commence par envoyer le Molotov que j’ai récupéré, histoire de réchauffer l’atmosphère. Tout commence à flamber et la rue est subitement plongée dans le chaos le plus total. J’en profite pour rouler derrière une voiture tout en sortant mes deux colts. Je distribue les balles à toute personne pénétrant dans mon champ de vision. J’essaye de viser au mieux, mais avec la fumée, personne n’y voie bien grand-chose. Je crois que c’est surtout à ça que nous devons notre survie. 42 cartouches plus tard, je suis à court de munitions.. Mais ce ne sont pas les armes qui manquent. Je reprends mon sniper que j’avais posé sur le sol et abat une ou deux cibles, mais la fumée est épaisse et les hélicoptères au-dessus de nous ne cessent leurs mouvements et leur bombardement. J’abandonne donc l’arme de précision pour lancer une grenade, c’est un échec. Jeff m’en demande une, je lui envoi. Il réussit à atteindre un hélicoptère. Le carnage est total.

Le convoc-nature a un plan. Il s’en va en courant, me conseillant de profiter du désastre, ce que je m’empresse de faire sans me poser de questions. Je décide d’essayer la mitraillette, plus utile dans cette purée de pois. J’arrose un peu tout le monde, les obligeant à se planquer plutôt que de tirer, et me permettant de sortir de ma planque. Je rejoins Amosis et ensemble nous parvenons à repousser suffisamment l’ennemi pour respirer un peu. Nombre de balles plus tard, ma mitraillette s’enraye. C’est bien mon jour. Bien entendu, un hélicoptère choisit exactement ce moment là pour s’approcher de nous, sortant du brouillard à toute vitesse. Je balance la mitraillette sur le côté et reprend mon sniper. Je n’ai aucune chance mais je veux essayer… Une balle bien placée et cet hélico finira ses jours sur le bitume d’Aeranpolis.

Soudain, deux cordes jaillissent de l’hélicoptère. C’est alors que je comprends. Je ne sais pas comment c’est arrivé. Je ne sais absolument pas comment cela peut être possible. Mais je suis convaincu que c’est Jeff qui pilote cet engin. Absolument convaincu. Je jette mon arme au sol et attrape une corde. Je n’en aurais plus besoin, là-haut. Je grimpe et rejoins Amosis et Jeff dans le moyen de transport favori de ce dernier. En tant que « maître du vent », on n’aurait pu associer un meilleur véhicule à cet Ellipsis, c’est sûr…

Je m’empare rapidement de la tourelle à l’arrière du véhicule et canarde sans interruption les cibles que j’aperçois. Nous frisons par trois fois d’exploser dans un nuage d’étincelle sous les feux d’un missile, mais une bonne étoile semble toujours nous protéger… Finalement, nous réussissons à disparaître dans les cieux de Tyral, content d’avoir survécu à un tel calvaire…

Alors que nous sommes enfin sûrs que les inquisiteurs nous ont perdus de vue, je m’adosse contre la paroi de l’engin, exténué…


« Merci… Merci les gars… Je crois que là, on a vraiment failli y passer… »

Il va vraiment falloir qu’on cesse de se croire invincible… Ce n’est pas parce que la chance nous sourit à chaque bataille qu’un jour elle ne tournera pas… Brusquement, je me sens vieux... Combien de fois avons-nous frisé la mort ? Combien de fois nous sommes nous revenus d’entre les morts dans une chambre d’hôpital ?... Il faut vraiment qu’on arrête d’être fous… Je commence à avoir des choses à perdre… Catalina, Jeff, Amosis, Alek… Comment réagirai-je si l’un d’entre eux mourrait ? Comment réagiraient-ils si je mourrais… Et puis les Ellipsis ou les Défenseurs sans l’un d’entre nous, figures emblématiques de la lutte, je pense, ne s’en remettraient pas… Peut-être va-t-il enfin falloir calmer le jeu… Je les regarde… Amosis est en sang. Jeff a de nombreuses blessures…

« Il va peut-être falloir qu’on arrête de faire les cons, hein ?... »
avatar
Febay Karston
Ellipsis / Ellipsien(ne)


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Résistance aux chocs brutaux.
Âge: 29
Emploi: Cerber.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: My name is Davis, Mike Davis.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum