Virus VI (libre) [Terminé]

 :: Alfag :: Le lac

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 05.12.07 22:30

Amosis se réveilla en sursaut, et vomit dans le coin de la pièce. Il était épuisé alors qu'il avait dormi pendant un bon bout de temps. Enfin, il ne le savait pas en réalité. Il se peut très bien qu'il ait dormi que quelques minutes. Pour se donner un intervalle de temps, il regarda autour de lui. Tout était noir, il enleva son bandeau, et constata qu'il était dans une pièce sombre. Haeg et Virus étaient avec lui. Rassurant de voir qu'ils étaient vivants. Tout ces détails permirent à Amosis de se situer dans le temps. Il devait s'être passé une trentaine de minutes au minimum. Deux autres bandeaux étaient étalés sur le sol, preuve qu'aucun de ses alliés n'avaient put voir le chemin.
Il resta avachi sur le sol pendant plusieurs minutes, repensant à ce qui venait de se passer. Il avait totalement perdu le contrôle de lui-même. Mais ce genre de problème peut s'exprimer de différentes façon chez Amosis. Lorsqu'il perd son contrôle, soit il tire dans le tas et frappe sur tout ce qui est mobile, soit il reste calme et s'en va tranquillement, sans prévenir, pour réfléchir dans une pleine solitude. Une chance qu'il est réagi selon la seconde option, car il ne serait surement plus là en ce moment. Au fur et à mesure qu'il repensait à cette nuit, il se rendait compte de plus en plus à la situation dans laquelle il s'était empêtré.
Il voulut sortir son portable, mais il n'était plus sur lui, tout comme ses armes d'ailleurs. Ce qui attrista le plus Amosis, c'était de ne plus avoir son couteau. Celui qu'Alek Murphy lui avait offert lors de leur rencontre. Et dire que maintenant, ce sont ses sujets qui lui ont repris.


*Quel situation ironique*


Amosis ne voulait pas en rester là. Il essaya de se relever, mais ses jambes ne répondaient pas, et ses côtes le faisaient souffrir. Il tentait depuis le début de la soirée de ne pas montrer ce dernier détails. Mais il ne pourrait bientôt plus. Son irrésistible envie de se courber, pour ne plus sentir la douleur, le tenaillait. Il cessa de se morfondre, et constata plutôt l'état de ses voisins de cellule. Virus était presque évanoui, mais rien de grave. Tandis qu'Haeg dégoulinait de sang au niveau de sa plaie.
Après tout ce temps de silence, Amosis se mit à parler. Surement suite à cette dernière vision.


"Je vais m'occuper de ça... dans la forêt je n'avait pas le temps, mais là je peux... je vais te refaire un garrot, mais il faudrait extirper la balle, avant qu'elle n'y reste définitivement..."


Amosis se releva, et marcha courbé jusqu'Haeg. Il était tellement courbé qu'il n'eut qu'à tendre le bras pour ramasser les bandeaux.
Il fit signe à Haeg de s'abaisser, puis il pressa la plaie pour pouvoir enlever le garrot. il tendit un bandeau à Haeg pour qu'il morde dedans, et un autre qui servirait à faire un nouveau garrot. Amosis trifouilla maladroitement dans la plaie et extirpa finalement la balle. Malgré sa faiblesse, Amosis avait fait cela de nombreuses fois dans le passé. Il fit un nouveau garrot, tout propre, assez serrer pour bloquer l'artère principale. Devant l'air étonné de Virus, il précisa:


"Ma mère était légiste, elle adoré tout ce qui avait un rapport avec la médecine, et elle prenait du plaisir à m'apprendre toute sorte de méthodes de secours... Mais malheureusement, j'en est oublié... malheureusement... c'est tout ce qui me reste d'elle... bien mieux que ce que mon père m'a laissé... lui c'était une malédiction..."

Amosis avait plus parlé pour lui-même que pour Virus lorsqu'il parla de son héritage familial. Il essuya une larme inexistante, et parut justement sans vouloir de sa non-existence.
Il se détourna de ses alliés, et chercha une issue. Il découvrit un interstice entre deux lattes de bois sur le mur. Il regarda à l'intérieur, et vit un oeil rouge. Quelqu'un les espionnait. Amosis se recula brusquement suite à cette vision. Ils étaient cernés. Amosis s'adossa sur le mur, à côté du trou, et dit:


"Qu'attendez-vous de nous?
-On attend le boss, c'est lui qui choisira ce qu'on fera de vous...
-Vous êtes pas capable de penser par vous même, c'est désolant.
-Oh ce n'est pas là la question, en réalité si c'est le boss qui va s'occuper de vous, c'est parce que c'est lui le plus énervé, à cause de la mort de son frère, enfin de l'assassinat...
-Ne leur parle pas abruti ! tu sais bien que c'est interdit, tu veux qu'on se fasse...
-chut... quelqu'un approche..."

Amosis dégluti par ce que venait de lui dire le garde. C'était aussi ce qu'avait dit le gars sous le nuage. Amosis avait tué le frère de leur chef. Les prochains évènements promettent d'être amusant.

Des bruits de pas se faisaient entendre de plus en plus fort. Amosis jeta un oeil à travers le trou, et constata la scène. Il fit signe à Haeg de venir voir et se ré-adossa contre le mur, regardant la réaction d'Haeg...

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Haeg Ponak le 06.12.07 23:28

Haeg remercia une nouvelle fois Amosis pour son garrot. Cette fois ci, il sentit qu'il était réellement efficace : son sang ne dégoulinait plus dans sa chemise. Il se sentit légèrement mieux. Écoutant d'une oreille attentive la discussion entre Amosis et leur geôlier, il avait commencé à venir les rejoindre avant même qu'Amosis lui fasse signe.

Il colla son œil au trou dans le mur et comprit l'expression d'Amosis, qui paraissait en effet légèrement inquiet lorsqu'il lui avait fait signe de s'approcher. Il vit un homme arriver, cigare à la main, dans le hall, donnant des ordres autour de lui qu'Haeg ne pouvait entendre. Il semblait avoir choisit son costume dans un magasine portant le nom du "Parfait mafieux", veste de cuir sur chemise blanche, ceinture avec révolver, barbe mal rasée... Il semblait exploser de rage et se dirigeait vers leur cellule, ce qui n'était pas vraiment bon signe. Il écrasa son cigare, qui commençait à enfumer la salle, sur la paume de sa main, puis le jeta à une jeune secrétaire qui tenta de le rattraper en vol d'un geste maladroit, et le fit tomber. Tout le monde l'avait à présent remarqué et tentait de rentrer dans un bureau voisin pour ne pas se trouver sur son chemin. Un jeune homme aux allures de cow-boy s'avançait dans le couloir un dossier à la main, visiblement pour le lui donner. Voyant son expression, il se ravisa et s'arrêta près d'un mur, le laissant passer en le saluant de la tête, soulevant légèrement son chapeau de sa main libre.

Haeg retira son œil du trou dans le mur, avec un petit rire nerveux. Il regarda Amosis.


"On est mort..."


[Si on continue comme ça, ça risque d'être le cas XD]

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 07.12.07 0:50

Haeg avait surement raison, ils allaient mourir. Mais ils ne purent plaisanter sur leur état car la porte de leur cellule s'ouvrit à la volée. Un mafioso mal déguisé (^^) entra. Il fesait peur à tous ceux qui croisaient son regard. Mais Haeg et Amosis n'étaient pas de ce genre là, eux étaient plutôt du genre à en rire. M.Blunt le remarqua facilement, et décida donc de passer directement aux choses sérieuses. Il tendit le bras vers son acolyte, ou plutôt esclave. Celui-ci comprit et s'exécuta. Mais bizarrement les gardes agirent également, sans en avoir reçu l'ordre, ou peut-être était-ce un ordre global, ou peut-être exigeait-il de ses soldats qu'ils prennent des initiatives parfois. En effet, les gardes suspendirent les captifs par les bras, leurs enlevèrent le haut de tenue et reprirent leur position derrière leur chef. L'esclave arriva, un fouet à la main, il le tendit précipitamment à son maitre. Et ainsi, le mafieu devint bourreau, et la torture commença. Elle commença par Amosis, car c'est celui avec lequel M.Blunt veut avoir fini en premier. Il préfère en effet faire souffrir le meurtrier de son frère jusqu'à l'épuisement, et ensuite il se chargerait des autres, en laissant le travail à d'autres. Il entama la torture, en prenant soin d'oublier de poser une question. Amosis avait mal aux côtes, et c'est à cette endroit en particulier que le fouet claquait. Une coïncidence? bien sur que non. Au même rythme que les coups de fouets frappaient, Amosis plissaient les yeux et déformaient sa bouche pour s'empêchaient de hurler. la seule personne qui grimaçaient dans l'assistance était la jeune ellipsis à la robe pailletée. Amosis ne se rendit pas compte de l'euphorie qu'il provoquait chez elle par le simple fait d'être torse-nu, et par les contours parfaits que dessinaient ses muscles à chaque coup de fouet. Les creux étaient plus marqués encore, à cause de l'accumulation de la poussière, de la sueur et du sang.
les secondes s'écoulaient lentement, les coups de fouet se fessaient plus douloureux et plus assourdissants. Amosis allaient s'évanouir lorsqu'il ne sentit plus rien. Un grand soulagement, malgré la douleur que lui procurait son corps meurtri.


"tu en veut encore espèce de fumier... maintenant tu vas répondre à ma question..."

Il savait très bien qu'il n'en avait pas posé, mais cela l'amuser. Difficilement, Amosis ouvrit la bouche et dit:

"Vu que... tu ne m'as... pas... poser de question... je vais t'en... poser une... à la place... Tu l'as... prend... comment... ta mère?"

Même souffrant, Amosis ne pouvait s'empêchait de provoquait le monde entier. Toutes les personnes se reculèrent, hormis ses alliés, qui ne pouvaient pas même s'ils en avaient envie. Il était dur de ne pas deviner que M.Blunt allait s'énerver encore plus, si cela était possible.

"Très bien, tu veux jouer. Je vais cesser de te taper dessus, je vais plutôt taper sur tes petits amis. Voyons combien de temps tu vas tenir à les voir souffrir."

Il se dirigea vers Virus, et Amosis lui lança un regard désolé.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Haeg Ponak le 07.12.07 20:32

M. Blunt, après avoir suffisamment frappé Amosis à son goût, s'avança vers Virus. Haeg pensa que dans l'état où il était, l'informaticien ne survivrait pas à une telle torture, il décida donc d'intervenir.

Il poussa un petit « Hop hop hop ! » d'un voix des plus amusées et des plus joyeuses. Le « boss » se retourna, interloqué, ne sachant pas qui avait parlé. Il jeta un regard interrogatif aux Ellipsis.

« Ici gros dur ! Non non, ce ne sont pas tes sbires qui ont osé t'interrompre, ne t'en fait pas. »

Le pseudo-mafieux le regardait à présent d'un air furieux. Son visage déformé par la rage aurait très bien pu vouloir dire « Comment qu'tu m'as app'lé là ? ! ». Celui qu'il s'empressa d'ajouter, au cas où Haeg ne fut pas un expert du décryptage des expressions faciales, ce qu'il n'avait pas besoin d'être devant un tel personnage.

« Gros dur, répondit Haeg, parfaitement sérieux. J'aurais pu rajouter « sans cervelle », car tu n'es pas très malin... Amener un Inquisiteur directement dans ton QG, sans te douter qu'il avait à coup sûr toute une série d'émetteurs sur lui... »

Blunt, stupéfait, tenta quelque chose, mais Haeg le coupa avant même que ses mots sortent de sa bouche.

« Tes vieux détecteurs de métaux ? Non mais tu sais à qui tu t'adresse vieux ? Les I.n.q.u.i.s.t.e.u.r.s. ! La pointe de la technologie mondiale, la fleur scientifique des pays civilisés ! Tu crois vraiment qu'on fait encore des émetteurs en métal ? »

Au moins, Haeg trouva que ça avait l'avantage d'être épouvantablement direct, et cela fut payant, étant donné la tête que faisait Blunt à cet instant. Malheureusement, ce n'était que du bluff, rien de plus. Ils disposaient bien de ce type d'émetteurs, mais il avait malheureusement prit qu'un minimum de précautions en venant voir Virus, c'est à dire : Son arme, et son portable, qui lui avait été enlevé. Son implant ne lui servait plus à rien sans. Il se jura de prendre plus de précautions, les temps de victoires et de calmes qui venaient de passer depuis un an avait trop grandement adoucis sa méfiance.

Blunt, après un temps interminable de réflexion, finit enfin par se décider, comme l'indiquait clairement son visage qui avait légèrement changé. Haeg savait qu'il ne voulait pas perdre la face devant ses sbires, mais c'était déjà fait. Il n'était pas doué pour contrôler ses expressions, contrairement à Haeg qui était passé maître dans le domaine du bluff. Il sut très vite que Blunt voudrait se venger de sa défaite, et s'attendit à ce qu'il réponde de manière brutale.

Et c'est ce qu'il fit. Quelques secondes plus tard, Haeg était recroquevillé au pied du mur, il venait de prendre un violent coup de point dans l'estomac. Il écouta Blunt sortir de la pièce, probablement pour organiser une défense contre une attaque fictive d'Ellipsis, ou, encore mieux, pour prendre la fuite, indiquant à quelques Ellipsis de rester avec les prisonnier, et d'en faire ce que bon leur semblerait. Haeg n'arrivait pas à relever la tête pour voir qui était resté.

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 10.12.07 23:15

Amosis avait eu un instant une haine irréversible contre Haeg. Lui qui l'avait laissé se faire torturer. Mais en y repensant, Haeg s'était surement servi du temps de la torture pour préparer son bluff. Et Amosis se calma donc un peu. Il gémissait intérieurement de souffrance, tandis qu'il vit Blunt, du haut de sa carrure semblable à une armoire, projeter Haeg au pied du mur avec un coup de poing bien placé. Amosis en eut de la peine. Il ne savait plus ce qu'il devait ressentir, de la colère ou de la compassion. Il décida qu'il pourrait alterner selon la situation (^^). En ce moment, c'était de la compassion qu'il éprouvait. Il voulut faire quelque chose, mais son état était lamentable. Il n'eut de toute façon pas à agir, car le bluff d'Haeg avait affecté Blunt comme une cartouche de gros sel dans l'arrière train. En effet celui-ci avait décampé plus vite que son ombre. Surement pour préparer une défense ou tout simplement fuir. Mais Amosis, au fond de lui, préfèrerait qu'il reste encore un peu pour s'amuser.
En attendant, Amosis avait de quoi s'occuper car l'ellipsis encapuchonné, toujours sous un petit nuage, l'homme aux griffes métalliques et la femme à la robe pailletée avaient pour ordre de faire ce qu'ils voulaient de leur captif. L'homme aux griffes parla le premier dès qu'il ne resta que les six individus dans la cellule:


"Hey Sam ! On a qu'à les faire souffrir !
-Garde tes plaisirs primitifs pour d'autres victimes Patt. Celles-là en ont beaucoup trop entendu. Mieux vaut les éliminer de suite , répondit l'homme encapuchonné. hein, quand pense-tu Emelinda? Il se tourna vers la femme à la robe pailletée, lui adressant un large sourire.
-Fait comme bon te semble.

Difficile de ne pas deviner qu'elle avait parlé à contre-coeur, et donc ceci n'échappa pas à Amosis, qui par de nombreuses années de conquête séductrice, savait comment il fallait réagir. Il commenca donc, très légèrement:

"Emelinda... très joli prénom... je suis heureux de finir ma vie avec un tel prénom en mémoire"

La jeune femme rougit, et devant le regard menaçant de Sam, s'empressa d'ajouter:

"Ah Ah Ah Ah! tu me fait pitié... tu n'es pour moi qu'un chien galeux espèce de fils de pourriture. Je prendrais mon temps à te tuer lentement, dégustant tes cris implorants."


Elle fit apparaitre une poudre verte qu'elle s'apprêta à lancer sur Amosis. Mais Sam l'en empêcha.

"Non, tu es folle, avec ton truc il souffre pendant trois jours, et ensuite il meure, on ne va pas rester là pendant trois jours. Laissons Patt agir.

Le dénommé Patt s'approcha d'Amosis, leva les bras bien haut, les griffes pointées vers le sol, où était recroquevillé sa prochaine victime. Il rabattit ses bras sur Amosis. Celui-ci cligna des yeux un instant, puis les rouvrit. Il n'y avait pas eu de coup, Amosis n'était pas mort. Patt était étendu sur le sol, hurlant de douleur et recouvert de la poudre verte d'Emelinda. En contrepartie, Emelinda était avachi, vaincu par la foudre. Amosis ne pouvait le croire, il n'avait même pas eu le temps de prendre de la sympathie pour elle et n'avait pas eu le temps de la séduire.
Mais c'est là qu'il l'a vit se relevai. Amosis ne comprenait plus rien. Mais à son grand soulagement, Emelinda expliqua:


"je voulais le tuer moi même Sam, j'avais prévu que tu tente de me tuer après cela, et ta réaction est légitime, mais l'ayant prévu, j'ai pris soin de disposer sur le sol ma poudre verte, mais cette fois ci c'était la guérisseuse. Laisse moi le tuer."

Elle s'avança vers Amosis dès qu'elle eut son signe de tête affirmatif.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Haeg Ponak le 11.12.07 0:18

Haeg devina d'après le dialogue qu'il venait d'entendre que la jeune femme était apparemment la plus dangereuse des trois Ellipsis. Quoi que le dénommé Sam puisse faire tomber la foudre, assurant une souffrance, sinon une mort, immédiate, il ne pouvait pas faire subir un souffrance à quelqu'un, puis l'annuler par la suite, ou simplement se soigner lui même, ce qu'il trouvait parfaitement efficace chez Emelinda, et parfait pour les interrogatoires. Il se demanda un instant lequel de ses collègues avait été assez tordu pour l'imaginer. Patt, lui avait un pouvoir purement physique, qui n'était pas plus efficace qu'un couteau bien utilisé. Haeg Voulut faire quelque chose lorsque ce dernier attaqua Amosis, mais la jeune femme s'en occupa sans problème. L'unique problème, c'était qu'elle semblait ne pas l'avoir fait pour de très bonnes raisons.

Haeg décida alors d'agir. Dans un mouvement des plus désespérés, il prit appui sur le sol et se leva, son estomac lui criant de s'arrêter. Il ne l'écouta pas et sauta sur Emelinda, pour la faire tomber, le temps qu'Amosis vienne l'aider.

Son plan sembla fonctionner, car la jeune femme n'aurait pas pu être plus surprise de cette attaque physique de la part d'un Inquisiteur. Mais la surprise faisait parfois des miracles, et pouvait être bien utile lorsque l'on savait l'utiliser. L'Ellipsis s'écroula sur le sol tandis qu'Haeg tentait d'attraper ses mains pour l'empêcher de faire des étincelles. Sam, un peu plus loin, hésitait à envoyer sa foudre, de peur de frapper sa collègue,ce qu'il n'aurait pas manqué de faire étant donné le contact entre Haeg et Emelinda. Patt, lui, se tordait de douleur aux pieds d'Amosis.

Haeg reçut un coup de pied en pleine poitrine qu'il n'avait pas prévu, tandis qu'il se concentrait sur les mains de l'Ellipsis. Il fut un instant repoussé en arrière, ce qui permit à Emelinda de lui envoyer sa poudre au visage. Haeg cria de douleur, tout en portant ses mains à ses joues enflammées, ce qui le brûla encore plus alors qu'il tentait de frotter pour enlever la poudre. Il se rappela alors soudainement d'une discussion avec l'un de ses collègue. "Un cerber capable de produire un produit agissant directement sur les nerfs de l'individu, lui faisant croire à la plus horrible douleur qui soit, jusqu'à ce qu'il meure littéralement de douleur... Purement mental, mais diablement efficace !"

Purement mental. Cette douleur n'était pas réelle. Il se le répéta plusieurs fois intérieurement et tenta de la surmonter, quoi que tout son système nerveux lui criait de réagir, de se jeter de l'eau au visage. Il se releva et regarda Emelinda en face. Elle aussi s'était relevé. Haeg lui sourit, un sourire de dément déformé par la douleur. Ses paupières plissés, ses yeux rougeoyant de haine, devait lui donner une allure des plus féroces, alors qu'il tentait de mieux maîtriser sa douleur. Visiblement, la jeune femme n'avait jamais vu quelqu'un résister à son pouvoir, ce qu'Haeg comprit facilement. S'il n'avait pas su que cette douleur était purement fictive, il en serait devenu fou.

Haeg entendit des coups de feu. Surpris, il regarda derrière lui et vit que Virus se tenait accroupi près de Patt, et avait prit son arme à feu. Il vidait à présent son chargeur sur Sam, mais les cartouches n'arrivaient jamais jusqu'à lui. Le métal attirant la foudre, des éclairs grillaient toutes les cartouches en plein vol. Il explosa d'un rire diabolique. Haeg se demanda comment il allait pouvoir l'approcher. Mais c'est à ce moment là qu'Emelinda sembla tourner sa veste. Alors qu'Haeg courait vers Sam, une poignée de poudre verte le dépassa et s'écrasa sur tout le corps de Sam, qui hurla de douleur et sembla ne plus se contrôler pendant un instant. Des éclairs filaient dans tout les sens alors qu'Haeg se jetait à terre. L'ampoule du plafond fut la première touchée, pour des raisons évidentes, et la pièce ne fut bientôt plus éclairée que par la foudre qui frappait partout sur les murs. Haeg ne distingua pas Amosis ni Virus dans la pénombre.

Bientôt, Sam se calma et s'écroula sur le sol avec un bruit mat, alors que les ténèbres emplissaient la pièce. Une lumière verte s'alluma à côté d'Haeg, qui chercha quelle pouvait bien en être la cause. Emelinda tenait une poignée d'étincelles vertes dans sa main, qu'elle lui lança au visage. Avant qu'il n'ai eu le temps de se protéger, il se rendit compte que cette fois, les étincelles avaient apaisée sa douleur, et il en fut ravit. Il entendit la voix claire d'Emelinda s'élever dans la pénombre.


"Je ne sais pas si j'ai choisit le bon camp.. Mais je n'en pouvais plus de ces deux là !"


Haeg hôcha silencieusement la tête, ce qu'il jugea parfaitement inutile dans le noir où ils étaient plongés, puis appela Amosis et Virus d'un voix faible, pour leur dire de se montrer, pendant qu'Emelinda faisait apparaître un peu d'autre poudre pour éclairer faiblement la pièce.

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 11.12.07 23:21

Amosis avait eu raison, Emelinda allait tomber de leur côté. Sa puissance n'était pas de refus. Amosis voulut en profiter, et osa donc lui demander de les soigner. Et c'est ce qu'elle fit généreusement. Elle appliqua sa poudre sur l'avant-bras d'Haeg, qui parut soulager, puis vint en étaler sur le torse nu d'Amosis.

*hum... des mains féminine... douce, délicate et chaude... un pur bonheur*

Amosis cacha son extase. Et se concentra plutôt sur ce qu'il allait faire après être soigner. Le vacarme qu'avait fait le combat avait du alerter le bâtiment. Il fallait donc fuir, ou combattre. Le problème, c'est que le combat est dangereux et que la fuite serait sans grand résultat, car le lieu leur est inconnu. A eux oui, mais pas à Emelinda. Alors en espérant qu'elle ne change pas de camp encore une fois, il suffirait de la suivre. Amosis se rendit compte qu'il éprouvait un certain désir envers cette femme mure et pulpeuse. il essaya donc intérieurement de calmer ses ardeurs et de se concentrer sur la survie de l'équipe, et surtout de ne pas se faire manipuler par cette femme. mais cela était très difficile. Tel qu'Amosis décida de garder une certaine distance de sécurité, mais Emelinda ne cesser de se rapprocher. Amosis rompit donc le silence en disant:

"Emelinda, toi seule connait le chemin, alors conduit nous vers la sortie je t'en prie. Haeg, Virus, restez sur vos garde. Je fermerais la marche."

Amosis était soulagé de sa douleur, à tel point qu'elle commença à lui manquer (sado^^). Il était de nouveau libre de ses mouvements, et cela était une bonne nouvelle.
Emelinda leur demanda s'il voulait récupérer leurs biens, et ils répondirent en coeur que c'était un luxe qui ne devrait pas mener l'opération à l'échec. Mais Emelinda leur certifia qu'il n'y avait aucun risque, car ils se trouvent sur leur chemin.

Emelinda sortit la première, et ce fut Amosis qui ferma la porte, comme il l'avait préciser quelques instants auparavant.
Il ne rencontrèrent personne sur le début du chemin. Tout le monde semblait avoir déserté. Mais ils restèrent tout de même attentifs.
Peu de temps après ils tombèrent sur un coffre de métal. Emelinda l'ouvrit et leur montra son contenu. Les hommes purent s'armer comme dans la forêt et repartirent sur le chemin de la sortie.
C'est à ce moment qu'ils entendirent des bruits de pas, Emelinda les plaqua instinctivement dans l'encoignure d'une porte, et ils attendirent silencieusement. Des voix précipités se faisaient entendre de plus en plus fort. Amosis avait louper l'action principale dans la cellule, et décida donc d'ouvrir les hostilités. Il se jeta au sol dans le couloir, tirant sur ses ennemis avec le pistolet mitrailleur de nouveau en usage. Il s'avéra que les ennemis n'étaient pas que quelques ennemis. Emelinda se joignit au combat, jetant sa poudre verte si utile. Et les ombres agités derrière lui indiquait que Haeg n'était pas rester les bras croisé.

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Haeg Ponak le 12.12.07 14:12

[J'ai beaucoup de mal à me connecter, étant donné que.. je n'ai plus de connection chez mon père ^^ bref, je suis vite fait de passage chez ma mère, et je répond à la va vite, je serais de nouveau connecté à plein temps à partir de vendredi prochain...
Ps : Pervers ^^]

Haeg se rendit compte en prenant son arme que quelqu'un avait tenté de la démonter pour l'analyser. Il n'y était manifestement pas parvenu à temps, mais l'arme avait quelque peu souffert... Alors qu'Amosis sautait courageusement en première ligne pour tirer à l'aveuglette sur une horde d'Ellipsis enragés, Emelinda s'était lancé à sa suite pour tenter de le garder debout, ce dont il avait manifestement besoin, et il n'eut pas l'air de s'en plaindre après sa troisième balle en pleine poitrine... Haeg et Virus, eux, cherchaient un moyen d'en finir plus rapidement, et plus entiers... Haeg, apercevant une salle 10 mètres derrière eux, leur cria de reculer, tout en vidant son chargeur sur les hommes qui s'avançaient dans le couloir. Virus, lui, avait volé un fusil de précision dans la salle d'armes et abattaient tout les Ellipsis qui derrière eux surgissaient dans le couloir, attiré par le bruit. La plupart étaient de vulgaire secrétaires et n'avaient pas d'arme, mais cela ne réduisait pas le mérite de Virus qui tirait avec une agilité surprenante sur toute les cibles qui se présentaient, en utilisant à chaque fois une seule balle par personne. Il reculèrent petit à petit pour s'approcher de la salle qu'il voulaient atteindre. Haeg se concentra sur le cow-boy qu'il avait aperçut en entrant dans le QG. L'homme s'avançait vers eux en jonglant habilement avec son chapeau, de sorte que ce dernier se trouvait toujours entre les balles et lui. Après l'avoir vu faire une figure habile pour l'empêcher de lui tirer trois balles, une dans le ventre, une dans la tête, et enfin, une dans le bras, Haeg se rendit compte que le chapeau était littéralement transformé en passoire, mais que les trous commençaient à se refermer, et que les balles avaient manifestement disparu en le traversant. Il en fut stupéfait et se dit qu'il ne ferait dorénavant plus attention aux projets de ses collègues, dont certains étaient absolument époustouflants...

Il arrivèrent enfin à la porte et entrèrent dans la salle en entendant les balles ricocher sur les murs derrière eux. Haeg se posta près d'un mur d'en face, pistolet près à faire de nouveaux ravages, tandis qu'Emelinda lançait de la poudre sur le sol devant la porte et soignaient rapidement leur blessures. Ce goulet d'étranglement serait nettement plus avantageux pour eux que le couloir, mais ils ne tiendraient pas indéfiniment. Virus trouva tout de suite sa place, sur un ordinateur intégré dans le mur, qu'il commença à forcer, ses doigts se déplaçant sur le clavier à une vitesse hallucinante. Haeg décida de le protéger le temps qu'il réussisse à faire quelque chose. Les premiers Ellipsis se présentèrent à la porte et Haeg commença à tirer. Ses ennemis avaient apparemment très mal aux pieds et certains s'affalaient sur le sol, où ils se mettaient à hurler encore plus fort... Une alarme se mit soudain à retentir dans la salle et les lampes s'éteignirent, remplacées par des petits gyrophares rouges tournoyant qui éclairaient faiblement la pièce. Une lourde porte de métal se ferma sous les yeux ébahis des Ellipsis, alors que certains tentaient d'entrer dans la salle, vite descendus par Haeg et Amosis. La porte se referma, avec fracas, laissant derrière elle un silence inquiétant, vite rompu par les Ellipsis qui commencèrent à défoncer la porte.


" Héhé ! J'ai réussit ! s'exclama Virus.

- Il faut trouver un moyen de sortir d'ici "
, pensa Haeg à voix haute, alors qu'il scrutait la salle pour y trouver une issue.

Ils se trouvaient dans une salle d'armement, des étagères de fusils en tout genres, de grenades, de bombes, de snipers, étaient accolées aux murs. Aucune fenêtre ne permettait de sortir, mais une autre porte se tenait au fond de la salle, malheureusement elle aussi hermétiquement fermée.

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 13.12.07 20:33

Amosis avait été entrainé de force par ses camarades dans cette chambre forte. Il leur en voulut un peu de le priver du combat, mais ce sentiment s'échappa dès qu'il vit les étagères d'armement qui s'étalaient devant leurs yeux. Amosis se dirigea aussitôt vers les armes et les contempla avec avidité.

Les coups précipités qui martelaient la porte signifiaient que celle-ci pouvait céder d'un instant à l'autre. Mais cela paraissait trop simple pour Amosis. Car une chambre forte ne peut être percée si facilement, à moins d'être vraiment très puissant, ou très chanceux.
Dans tout les cas Amosis se sentait le besoin de s'armer pour y faire face. Il posa son pistolet mitrailleur sur une table, et le remplaça dans ses mains par quelques grenades.


"On les attends ou on force la porte de derrière?"


Amosis savait qu'il ne pourrait pas vraiment forcer la porte de derrière, ou tout du moins pas avec les grenades qu'il agitait frénétiquement. Mais la forcer à main nu serait un épuisement de force, en sachant que celle de devant allait bientôt leur être ouverte. Devant l'air interloqué de ses alliés, il dit:

"Bon, finalement oublier ce que j'ai dit... on vas pas forcer la porte arrière, on vas plutôt les attendre"

Il regarda Haeg, espérant qu'il trouve une meilleure idée. Les éclats rouges qui l'éclairaient régulièrement lui donnaient un air sinistre. Il se tourna donc vers Virus et lui demanda s'il était possible d'ouvrir seulement la porte de derrière. Un signe de tête négatif enleva tout espoir à Amosis. Il entendit une voie derrière lui, c'était celle d'Emelinda:

"Tu ne m'a pas demandé à moi si j'avais une solution à notre problème... Et justement j'en est une... ma poudre... elle n'est pas censé fonctionner sur les êtres inanimés, car elle exerce une douleur psychologique, mais j'ai inventé une variante de ma poudre principale... qui pourrait elle servir contre les hommes comme Haeg, car lui a été capable de vaincre la fausse douleur, mais si j'avais utilisé ma poudre bleue, il aurait eu en plus de ça une douleur physique incontournable, basée sur la corrosion."

Elle s'empressa devant leur air ébahi de générer sa poudre bleue. Elle la lança sur la porte de derrière. Un trou commença à s'y former, et dès qu'il prit une taille assez conséquente pour faire passer un homme, Amosis s'y engouffra. Ils se retrouvèrent dans une salle sombre, qui sentait l'humidité.
Emelinda reconstitua la porte avec la poudre verte guérisseuse, puis projeta des éclats de lumière verte dans la salle pour l'éclairer. C'est à ce moment qu'ils virent une dizaine de soldat armé, tapis dans l'ombre. Amosis prit l'initiative et se jeta par la fenêtre sur leur droite, entrainant ses coéquipiers et lâchant derrière lui trois grenades dégoupillées.
Ils dévalèrent une pente abrupte en roulant, se faisant mal à chaque bosse, et à chaque creux. L'obscurité les couvrit le temps de la chute. Puis celle-ci se termina contre un escarpement rocheux. Ils se relevèrent difficilement, Emelinda les soigna, et, tout essoufflé, Amosis prit la parole.


"Je n'ai pas entendu d'explosion... mais cela a dut les effrayer le temps que l'on puisse prendre de la distance."

Haeg, Virus et Emelinda se mirent à rire en coeur. Ils insinuaient qu'Amosis n'avait pas dégoupillée les grenades. C'était absurde, mais en y réfléchissant bien , il n'avait aucun souvenir de les avoir dégoupillées. Il sourit malgré lui, puis regarda autour de lui.

Amosis constata qu'ils étaient de retour dans la forêt, cela signifiait que le tour en voiture d'une vingtaine de minute n'était qu'un leurre. Sur leur droite se dessinait le lac, déformé par la fureur du combat qui avait eu lieu à proximité.


[HJ: bon j'ai édité sur ce qu'on a parlé sur msn, à propos des grenades porteuses de message, donc en fait on va dire que j'ai oublié de les dégoupiller XD]

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Haeg Ponak le 15.12.07 0:25

[Mdr ! T'aurais pu le laisser Wink J'ai faillit pas remarqué que t'avais édité ^^]

Haeg roula sur la terre et sa tête heurta une roche de plein fouet, à la fin de sa descente. Alors que sa vue se brouillait, il vit une lumière verte s'approcher de lui et il ferma les yeux. Au lieu de s'évanouir, comme il croyait que cela allait se passer, et se surprit à être de plus en plus conscient. Il comprit enfin qu'Emelinda devait y être pour quelque chose.

Il rit de bon cœur avec les autres à la remarque d'Amosis, mais se demanda s'il avait vraiment oublié de les dégoupiller, ou si les grenades étaient du même genres que celles utilisées par l'ancien ami de Virus, quoi que la technique ne du pas être trop étendue...

Dans tout les cas, mieux valait ne pas rester dans le coin. Les Ellipsis n'allaient pas tarder. Haeg décida enfin d'utiliser son portable, qu'il avait à présent retrouvé. Il appuya sur une seule touche, appelant directement un des principaux numéros en mémoire.


" Besoin de renfort près du lac. Appelle des membres de la Typhon Corp's, et prévient quelques Inquisiteurs. J'ai trouvé un QG d'Ellipsis près des coordonnées où je suis. Un de moins, ça ne nous ferais pas de mal.

- Entièrement d'accord. Je suis sur le coup. "


Haeg savait que son collègue (ou son subalterne, question de point de vue, et de vocabulaire) allait récupérer les coordonnées GPS du portable, et il n'avait pas besoin d'être plus précis. L'unique problème à présent était de survivre jusqu'à l'arrivée des renforts, ce qui ne s'avèrerait peut-être pas de tout repos. Finalement, Haeg ne regrettait pas d'avoir trainé à appeler des renforts, même s'ils avaient faillit y laisser leurs peaux. Les Inquisiteur tenait désormais une bonne partie d'un clan d'Ellipsis entre leur griffes, même si leur chef avait prit la fuite, ce qui n'était pas forcément le cas.

"Vous feriez mieux de partir tout les deux. Vous m'avez été bien utiles, mais l'Inquisition ne sera pas si indulgente que moi. Et je ne te laisserais pas abattre mes collègues Amosis, je n'ai pas oublié qui tu es. Quand à toi Emelinda, tu nous a été aussi d'une grande aide, je t'en suis entièrement reconnaissant, et je regrette que tu ai quitté l'Inquisition. Tes pouvoirs sont sensationnels. "

Il ne comprenait pas toujours la volonté farouche des cerbère de fuir leur maitres, qui incarnaient la puissance à Tyral, et dans le monde. Mais son sens de l'honneur n'était pas entaché au point de vendre ceux qui l'avaient aidé.

* Vraiment ? *

Haeg l'ignora.

" Séparons-nous dès maintenant. "

* Pour mieux se faire prendre. *

Haeg s'éloigna en direction de la forêt, où les arbres lui offriraient un couvert suffisant pour attendre calmement les renforts. Il faudrait décidément qu'il dissuade cette conscience d'utiliser un ton si ironique...

_________________






" Toute époque riche en discordes et en dangers de toutes sortes semble donner naissance à un dirigeant fait spécialement pour elle, un géant politique dont l'absence, rétrospectivement, serait inconcevable au moment d'écrire l'histoire de cette période. "
avatar
Haeg Ponak
Admin - Inquisition / Inquisiteur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Quelques gadgets à la pointe de la technologie.
Âge: 37
Emploi: Chef de l'Inquisition

Voir le profil de l'utilisateur http://juleffel.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Amosis Mathias Opilion le 18.12.07 0:40

Amosis répondit d'un signe de tête affirmatif. Il voulut en dire plus, mais il ne voulait pas laisser voir sa gratitude et sa reconnaissance. Il ne voulait pas se lier d'amitié avec ce type. Il savait qu'il allait le recroiser, et quand cela arrivera, il le tuerait. Pour la simple et bonne raison qu'il a signé en bas d'un document il y a 5 ans. Un document écrit par son oncle, qui plus est.
Amosis se retourna, et partit en direction de la route, en prenant bien soin de passer par la forêt pour être à couvert. Emelinda le suivit. En effet, elle avait toujours était contre l'inquisition, mais maintenant qu'elle a trahi son clan d'ellipsis, il ne lui reste plus qu'à affronter les deux, tout comme Amosis, et bien d'autres.

Une pale lumière rougeoyante se fit voir à l'horizon. Le soleil se levait déjà. La nuit avait été longue. Amosis ne pensait plus qu'à dormir.
Il entendit des bruits de voitures et des paroles qu'ils ne pouvait comprendre de sa position. Mais il comprit tout de même que l'inquisition venait d'arriver. Surement opérait-elle déjà pour détruire les ellipsis restants. Emelinda eut un mouvement de recul, puis elle se reprit et continua à marcher.


"Ca doit être dur de quitter une telle famille"


Elle hocha la tête pour confirmer. Et Amosis aurait jurer avoir vu une larme aux reflets verdâtres coulait sur sa joue rosée, éclairée par le faible soleil.

Amosis et Emelinda marchèrent silencieusement le long de la route, pour rejoindre le QG des défenseurs, pendant qu'Haeg reprenait ses occupations habituelles, soit la destruction...

_________________
<p style="text-align: right;"><img src="https://redcdn.net/ihimizer/img4/6379/bradpittmini2.jpg" style="float: right;"/><span style="font-family: Papyrus; font-size: 10px;" >Qu'on me donne des mots
Et j'en ferais des armes
Qu'on me donne des phrases
Et j'en ferais des bombes
Une rame de papier
Une armée de feuillets
Pour abattre la dictature
De ces stupides préjugés
Qui font du corps une imposture <span style="text-decoration: blink;">
~~ Joseph Messinger</span></span></p>
avatar
Amosis Mathias Opilion
Modérateur - Défenseur


=> Mes Caractéristiques
Don ou Gadget: Maudit
Âge: 26 ans
Emploi: Mercenaire

Voir le profil de l'utilisateur http://en.wikipedia.org/wiki/Microdermabrasion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus VI (libre) [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: Alfag :: Le lac

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum